15 choses dont vous devez vous souvenir lorsque vous observez votre enfant jouer au soccer ou à un autre sport

août 28, 2013 Aucun commentaire »
15 choses dont vous devez vous souvenir lorsque vous observez votre enfant jouer au soccer ou à un autre sport

Le terrain de soccer peut être la carte postale de l’activité physique divertissante : des enfants qui courent après un ballon autour du terrain, apprenant des habiletés et se dotant du savoir-faire physique, en jouant avec leurs amis. Les parties de soccer de votre enfant peuvent aussi être une bonne excuse pour profiter du bon temps dehors. Quoi de mieux que d’assister aux activités physiques de vos enfants?

Si vous avez assisté à beaucoup d’événements sportifs impliquant des jeunes, vous avez probablement rencontré ce parent qui a dépassé les bornes à partir de la ligne de touche. Peut-être est-ce un papa qui crie après l’arbitre, ou la maman d’untel qui crie après tout le monde. Pour vous éviter de devenir ce parent, Taking You Beyond The Game (au-delà du jeu) a compilé 15 choses dont il faut se souvenir lorsque vous êtes un observateur des estrades.

  1. Laissez les entraîneurs entraîner. Si vous dites le contraire de ce que dit l’entraîneur, cela peut être terriblement dérangeant pour l’enfant.
  2. Laissez les enfants jouer. Un parent qui hurle peut empêcher un enfant de se concentrer sur le terrain. Faites confiance aux entraîneurs pour bien entraîner vos enfants; si votre enfant commet une erreur, ne vous inquiétez pas; on apprend par ses erreurs.
  3. Ne délibérez pas au sujet du jeu de jeunes joueurs devant d’autres parents. Lorsque les parents considèrent que leur enfant est la vedette ou lorsqu’ils émettent des commentaires négatifs à propos d’autres enfants, cela peut être blessant et briser l’harmonie qui contribue souvent au succès dans le sport chez les jeunes.
  4. Traitez les problèmes de façon positive. Si vous entendez des parents faire des commentaires négatifs, écoutez patiemment puis discutez des qualités du joueur, de l’entraîneur ou de la famille.
  5. Ne discréditez pas les entraîneurs auprès des autres parents. Si on commence à critiquer dans le dos des autres, il se pourrait que cela ne finisse plus. S’il y a un réel problème entre vous et l’entraîneur de votre enfant, planifiez une réunion en privé lors de laquelle vous pourrez discuter franchement de vos préoccupations.
  6. Encouragez. Les entraîneurs sont là pour tirer les leçons des erreurs, pas les parents. Des commentaires positifs émis des lignes de touche auront certainement pour effet de stimuler les enfants sur le terrain.
  7. Évitez de faire des commentaires négatifs à propos des joueurs de l’équipe adverse. Gardez à l’esprit que ce sont des enfants, non pas des professionnels rémunérés. Des commentaires négatifs peuvent s’avérer blessants pour de jeunes joueurs et leur famille.
  8. Soyez courtois. Maintenez l’interaction avec les parents de l’autre équipe aussi saine et positive que possible.
  9. « L’autre » équipe n’est pas l’ennemi. De la même façon que vous regardez votre enfant jouer au soccer, les parents de l’équipe adverse font exactement la même chose. La seule différence entre les deux bords est la couleur du chandail.
  10. Ne critiquez pas les arbitres. Les arbitres vont prendre de mauvaises décisions – ça fait partie du jeu –, mais ils essayent d’être équitables et objectifs.
  11. Ne blâmez pas les autres. Que se soit envers l’arbitre ou quiconque, lorsqu’un parent s’emporte à propos de quelque chose qui s’est passé, cela laisse sous-entendre aux enfants qu’ils peuvent blâmer les autres lorsque les choses tournent mal.
  12. N’offrez pas du soutien superficiel. Remercier un officiel pour une décision prise « en faveur » de votre équipe peut être agaçant et contraignant. L’arbitre n’aurait pas pris cette décision s’il ne pensait pas que c’était la bonne.
  13. Évitez de faire le va-et-vient le long des lignes de touche. Suivre le jeu en hurlant des directives peut déstabiliser les joueurs et embarrasser les enfants impliqués. Si les parents veulent entraîner, ils n’ont qu’à obtenir leur certification d’entraîneur et déposer leur candidature.
  14. Soyez consciencieux. Les parents devraient prendre le temps de réfléchir à leurs paroles et à leurs actes avant d’agir dans le feu de l’action. Les joueurs sont sanctionnés pour un comportement inadéquat, il en va de même pour les parents.
  15. Laissez-faire. Si quelque chose se passe sur le terrain, le temps des récriminations n’est pas immédiatement après la partie. Les parents ne devraient harceler ni les officiels ni les entraîneurs, pas plus que d’autres parents, et devraient par la suite tenir des propos positifs envers leur enfant. Quelquefois, les leçons retenues sur le chemin du retour sont aussi importantes que celles qui le sont sur le terrain.

Articles similaires

Que pensez-vous?