7 raisons qui rendent le soccer essentiel pour les enfants

juin 16, 2014 Aucun commentaire »
7 raisons qui rendent le soccer essentiel pour les enfants

Pratiquement tous les sports et activités physiques permettent aux enfants de développer leur littératie physique et des bonnes habiletés motrices. Cependant, si vous deviez sélectionner celui qui contribue le plus à développer les habiletés et les aptitudes, ce serait sans conteste le soccer.

Même au niveau de la base du développement, la littératie physique inclut une longue liste d’habiletés motrices fondamentales. Les principales — parmi des centaines — sont, de l’aveu général : courir, sauter, lancer, attraper, le coup de pied, sauter à cloche-pied, sautiller, galoper et esquiver. Ces habiletés constituent les fondations successivement basées sur les capacités physiques appelées les ABCs du mouvement : L’agilité, le balan, la coordination et la vitesse (speed).

Ajoutez à cela des habiletés d’orientation spatiale et des prises de décisions cognitives, et vous obtenez un bon aperçu de ce qui caractérise  la littératie physique.

Alors, comment se classe le soccer? Extraordinairement bien, semble-t-il.

1. Les ABCs

L’agilité, le balan, la coordination et la vitesse sont étroitement liés au développement du système nerveux central (SNC) pendant la petite enfance. Le corps des enfants au préscolaire attend tranquillement ce genre de stimulation qui préparera et adaptera les SNC à ces mouvements. En l’occurrence, de rapides changements de directions et des diversités de mouvements sont intrinsèques au soccer, donc le simple fait de disputer un match procure le stimulus parfait pour aider les enfants à développer ces aptitudes. Vous pouvez presque entendre le SNC des enfants s’écrier : « Oh, merci de m’avoir inscrit au soccer! »

2. Courir

Le soccer implique quelque peu la course. En fait, beaucoup de course. Et mieux encore, pour les enfants qui n’ont pas atteint leur puberté, il fait exactement appel au genre de course dont ils ont besoin : des sprints sur courte distance suivis de courts laps de temps de récupération. Nota : Si l’entraîneur de votre enfant des moins de 9 ans envoie l’équipe sur de grandes longueurs de terrain, vous pourriez peut-être lui demander pourquoi. Les études démontrent que trottiner sur un terrain de soccer à mi-vitesse n’aide en rien à développer la vitesse et la récupération nécessitée pour jouer au soccer. En outre, cela n’aide pas plus votre enfant prépubère à devenir un meilleur coureur de fond que s’il  jouait au soccer pendant 10 minutes tout en ayant beaucoup plus de plaisir.

3. Sauter, sautiller, sauter à la corde, galoper et esquiver

Lorsque votre enfant joue au soccer, il y a beaucoup d’autres joueurs sur le terrain qui veulent contrecarrer ses efforts pour courir et manier le ballon. Par conséquent, les enfants doivent à maintes reprises sauter et esquiver afin d’éviter leurs adversaires. Cela exige aussi de leur part qu’ils sautillent, sautent à cloche-pied et qu’ils galopent lorsqu’ils changent de vitesse et ajustent leur foulée pour éviter les joueurs et aussi qu’ils changent de direction.

4. Lancer et attraper

Minute! Quand avez-vous le droit d’utiliser vos mains au soccer? Pour les débutants, à chaque fois que le ballon sort des lignes de touche. Le jeu reprend alors avec un lancer, chaque joueur doit donc apprendre ce mouvement. Les gardiens de but, un poste que tous les enfants occupent à un moment donné à leurs débuts rattrapent constamment le ballon avec leurs mains pour le passer à leurs coéquipiers dans le style du lancer de baseball.

5. Suivre le mouvement d’un objet en vol

L’un des aspects les moins débattus de la littératie physique — mais essentiel au lancer et à la réception, tout comme frapper quelque chose avec une batte ou une raquette — est l’aptitude à suivre le mouvement d’un objet (une balle par exemple) alors qu’il se déplace dans les airs. La capacité de votre enfant à utiliser ses yeux pour suivre le mouvement et évaluer la vitesse et la distance n’est pas le fruit du hasard. Comme pour les habiletés motrices, elle doit être développée par le biais de l’expérience vécue et de la pratique. Le soccer assure une grande expérience puisque le jeu défie constamment les joueurs de jauger la vitesse, la distance et la trajectoire de la balle.

6. Les prises de décisions

L’aptitude à « lire l’environnement » et à répondre avec des décisions appropriées est un autre élément de la littératie physique souvent négligé. Du temps de nos ancêtres, il était peut-être question de décider de grimper à un arbre rapidement après avoir vu un lion. Dans le contexte d’un sport tel que le soccer, il faut décider si on passe le ballon à un coéquipier qui court vers un espace ouvert ou si on tire un but lorsque le gardien n’est pas en bonne position. Le jeu apporte constamment de nouveaux défis cognitifs lors desquels les joueurs doivent recueillir des informations sur leur environnement physique, analyser cette information puis exécuter la réponse physique appropriée.

7. Le coup de pied

Pas besoin de s’étendre là-dessus. Beaucoup de coups de pieds sont tirés au soccer. Et la variété des techniques de coups de pied peut finalement devenir de plus en plus complexe à mesure que les joueurs s’améliorent dans ce sport. (À titre d’exemple, selon le collaborateur d’Actif pour la vie Istvan Balyi, on demandait aux joueurs en Hongrie de savoir manier le ballon avec 8 parties différentes de leur pied. Combien d’entre-nous sommes même capables d’identifier 8 parties distinctes d’un pied?)

Le soccer est quasiment un remède miracle pour la littératie physique. Si nous pouvions le conditionner sous forme de comprimés, nous pourrions le commercialiser pour développer toutes les habiletés motrices des enfants.

Articles similaires

Que pensez-vous?