L’astuce pour lui apprendre à faire du vélo sans petites roues

mai 2, 2017 Aucun commentaire »
L’astuce pour lui apprendre à faire du vélo sans petites roues

Nous n’avons pas eu besoin de roues stabilisatrices pour apprendre à nos deux enfants à faire du vélo. Notre secret? La draisienne. Ce vélo à deux roues sans pédales leur a permis de trouver leur équilibre, à leur rythme. Dès 18 mois, assis sur la selle et les deux pieds plantés dans le sol, ils se sont sentis en sécurité, et donc en confiance.

J’ai vu beaucoup d’enfants de notre quartier commencer leur apprentissage avec des vélos bien trop lourds pour eux. La frustration les conduisait souvent à abandonner après le premier essai. Pas facile d’appuyer sur les pédales pour faire avancer un vélo quand ce dernier pèse une tonne! La plupart des parents se contentaient d’ajouter des petites roues, pensant que cela aiderait. Sauf que dès qu’on rencontre quelques roches ou un nid de poule, c’est pire.

Et je ne parle même pas de la barre qui permet aux parents de pousser le vélo! Je veux que mes enfants se débrouillent tout seul, dépensent leur propre énergie, et je veux pouvoir pédaler à côté d’eux pour profiter de la balade. Si on doit les pousser, autant ressortir la poussette.

Si vous en êtes au stade « vélo lourd et petites roues », je vous conseille grandement de troquer votre modèle contre une version plus légère, comme le Woom 2.

Pourquoi le poids du vélo est-il si important?

Imaginez-vous une seconde sur un vélo qui fait la moitié de votre poids! Ces modèles lourds, la grande majorité sur le marché, compliquent l’acquisition de l’équilibre, notion essentielle pour pouvoir rouler. Opter pour un vélo léger avec un pédalier amovible est un bon compromis pour débuter. C’est ce qu’on constate avec le Woom 2.

Essayez-le, vous ne serez pas déçu. Il ne pèse que 7 kg, un des plus légers à ma connaissance. Son cadre de 14 pouces est plus grand que celui de notre ancienne draisienne. Avec sa selle à angle plat, ses manivelles courtes et son pédalier bas, il permet à l’enfant de poser ses pieds à terre sans danger en cas de perte d’équilibre. Ce vélo est la transition idéale entre la draisienne et le deux roues classique. Il facilite l’apprentissage, même sans petites roues.

Lors de sa première visite au parc de VTT, monsieur J. n’avait d’yeux que pour les tremplins de saut et la pump track. J’avoue qu’il a essayé des trucs qui m’ont fait un peu peur.

Une autre caractéristique intéressante du Woom 2 est l’élastique de la fourche avant, qui offre une certaine résistance quand on tourne le guidon, empêchant ainsi l’enfant de surcorriger; une situation qui se produisait souvent avec la draisienne et finissait immanquablement par un atterrissage dans les buissons.

Le Woom 2 est aussi équipé de deux systèmes de freinage : à rétropédalage et à main. Tant que monsieur J. n’était pas prêt pour les pédales, on a utilisé les freins à main. Leur efficacité m’a agréablement surprise : mon petit bolide était stoppé net. Fini la tête dans les buissons!

Si vous ne me croyez pas, demandez à monsieur J., devenu expert en ce domaine. Voici une vidéo qu’il a lui-même réalisé à l’aide de notre caméra GoPro. Il a même ajouté les légendes et la musique, avec un petit coup de main de notre part. (Si la vidéo ne fonctionne pas sur YouTube, essayez d’activer Javascript dans votre navigateur.)

Ne me croyez pas sur parole…

À vos marques! Prêt? Pédalez!

Grâce à ses pédales amovibles, le Woom 2 grandit avec votre petit cycliste. On les retire au début pour qu’il apprivoise sa nouvelle monture, puis on les remet une fois qu’il est plus agile. Monsieur J. a été capable de les fixer tout seul en quatre minutes : un tour de vis suffit; je ne l’ai aidé qu’à faire coïncider les boulons. Notre première session avec pédales, dans notre allée, a été concluante : il avait le vélo bien en main et retrouvait son équilibre. Bien qu’on ait le système de roue libre, on ne l’avait pas encore installé. Je le ferai sans faute avant notre prochain essai car je trouve le rétropédalage difficile à expliquer.

En conclusion

Le Woom 2 coûte 339 $, ce qui, comparé à des vélos de même qualité, nous semble raisonnable, surtout qu’il va servir à nos deux enfants. La marque propose également un programme de reprise : à l’achat d’un vélo de taille supérieure dans les 24 mois suivants, elle récupère l’ancien vélo et rembourse 40 % de son prix. Vous trouverez tous les détails ici (version anglaise). Rien de tel que la petite taille du Woom 2, ses freins à main et son guidon faciles d’utilisation, pour faire aimer le vélo à un enfant! Je tiens à préciser que, même si un Woom 2 nous a été fourni pour pouvoir rédiger cet article, les opinions avancées sont bien les nôtres, comme toujours!

Articles similaires

Que pensez-vous?