Un développement insuffisant de la motricité de votre bébé peut nuire à sa scolarité

juin 2, 2017 Aucun commentaire »
Un développement insuffisant de la motricité de votre bébé peut nuire à sa scolarité

Savez-vous qu’un enfant risque de souffrir de troubles cognitifs importants s’il ne développe pas sa motricité globale dès son plus jeune âge?

Ramper, marcher à quatre pattes, s’asseoir, se tenir debout… font partie du bon développement moteur d’un tout-petit. Dans un article du Irish Times (version anglaise), Sally Goddard Blythe, directrice de l’Institut de neuro-psycho-physiologie (INPP) au Royaume-Uni, explique qu’un enfant qui ne maîtrise pas ces capacités motrices dans ses deux premières années pourrait connaître des troubles du comportement et de l’apprentissage à l’école.

« Les comportements à problème, le manque de contrôle de l’impulsivité, les faibles aptitudes sociales et les difficultés d’apprentissage malgré une bonne intelligence, que l’on observe plus tard en classe, peuvent, dans certains cas, être les symptômes d’un sous-développement du système nerveux central. » Elle note également « qu’en matière de performances scolaires, les enfants qui ont des capacités motrices plus faibles se retrouvent dans le tiers inférieur. »

Pour remédier à cette situation, Sally Goddard Blythe et son équipe ont mis sur pied un programme qui comporte 10 minutes d’activités motrices par jour durant l’année scolaire, permettant à ces enfants de réapprendre les mouvements qui leur manquent.

Les parents, quant à eux, ont plusieurs moyens pour favoriser le bon développement moteur de leur tout-petit. Il suffit de faire preuve d’attention quand on interagit avec lui et de suivre ces quelques conseils, recueillis dans l’article du Irish Times :

  1. Un bébé a besoin de bouger. On fait donc en sorte qu’il passe beaucoup de temps couché sur le ventre ou sur le dos où il pourra étendre ses bras et ses jambes et s’essayer à les attraper.
  2. Un siège d’auto ou une poussette, c’est pratique, on le sait, mais il ne faut pas en abuser. On réduit donc leur utilisation à son minimum.
  3. Pendant que bébé remue et se dépense, on lui parle et on le touche. On évite de le divertir avec une tablette numérique.
  4. Quand on lui parle, on marque des pauses pour lui laisser le temps de nous répondre à sa façon, à savoir gazouillis et battements de pieds.

Articles similaires

Que pensez-vous?