Diana Matheson est prête à relever le défi de la Coupe du monde féminine de la FIFA, Canada

juin 12, 2015 Aucun commentaire »
Diana Matheson est prête à relever le défi de la Coupe du monde féminine de la FIFA, Canada

La diplômée de Princeton, Diana Matheson, une milieu de terrain expérimentée, figure sur la liste des 23 joueuses pour la Coupe du monde qui se déroule actuellement. Elle s’était fait connaître dans les chaumières à travers le pays lorsqu’elle a marqué un but électrisant contre une solide équipe française pour remporter le bronze aux Jeux olympiques de 2012 de Londres.

Cette fois, l’originaire d’Oakville de 31 ans a vécu un tout autre revirement avant le match d’ouverture. Après s’être blessée au genou en octobre dernier lors d’un match amical contre le Japon, la membre de longue date de l’équipe nationale a travaillé sans relâche pour se garantir une place au sein de la formation canadienne.

Dernièrement, j’ai pu discuter avec Matheson de ses débuts au soccer, de l’influence de son frère joueur de hockey et de ce que les jeunes athlètes peuvent faire pour être à leur meilleur.

Quel âge avais-tu lorsque tu as commencé à jouer au soccer?

J’avais 5 ans. Et c’était dans l’équipe Hydro d’Oakville.

Quels autres sports as-tu pratiqués en grandissant?

J’ai joué au hockey de la 3e année jusqu’à la fin du secondaire. Je voulais faire comme mon frère.

Quel âge avais-tu lorsque tu as commencé à focaliser sur le soccer?

Je devais avoir 13 ou 14 ans et il me fallait faire un choix quant au sport que j’allais prioriser.

Selon toi, comment la participation à d’autres sports profite-t-elle aux jeunes joueurs de soccer?

Je pense que cela aide les enfants à développer d’autres compétences incluant diverses habiletés motrices, aussi bien que travailler d’autres muscles, ce qui peut être une bonne chose pour prévenir les blessures. Cela vous permet aussi de rencontrer un tas de nouveaux amis!

Outre le sport lui-même, qu’est-ce que tu aimes du soccer qui soit surprenant?

Les gens que vous rencontrez tout au long du parcours, de même que découvrir le monde.

As-tu déjà pensé à abandonner le sport?

Non, même dans les périodes difficiles, j’ai toujours adoré jouer.

Es-tu confrontée à des défis en tant que joueuse au soccer?

Nous avons la chance de vivre au Canada, où les occasions de jouer au soccer sont innombrables, pas seulement lorsque nous sommes enfants, mais aussi en carrière. Bien que nous n’ayons pas notre propre ligue professionnelle, nous aidons à soutenir la NWSL aux États-Unis et beaucoup de nos joueuses ont des contacts professionnels pour différents clubs américains. Beaucoup d’autres pays ont aussi des ligues professionnelles, et j’ai eu la chance de jouer en Norvège durant quatre saisons.

Quelles sont les personnes qui t’ont le plus soutenu?

Mes parents!

Quels athlètes admires-tu?

D’autres Olympiens canadiens. C’est toujours inspirant de voir d’autres Canadiens s’entraîner de différentes façons pour leur sport et de les voir accéder le podium.

Quelles habiletés travailles-tu devenir une meilleure joueuse de soccer?

Cela change tout le temps. En ce moment, je récupère d’une blessure, la priorité est donc de m’assurer que mon corps est fort, sain et en forme.

Quelles sortes d’activités recommanderais-tu à des fillettes qui apprennent à jouer au soccer?

Je leur dirais de sortir et de jouer autant qu’elles le peuvent. S’il y a un joueur auquel vous voulez ressembler, sortez et faites comme lui!

De quoi les entraîneurs devraient-ils tenir compte pour entraîner les petites filles?

Que ce soit pour les garçons ou pour les filles, les éléments clés sont : s’amuser et le respect.

Selon toi, qu’est-ce qui fait un bon entraîneur pour de jeunes enfants (entre 4 et 8 ans)?

La même chose qu’à n’importe quel âge, la passion pour le jeu.

Qu’est-ce qui est le plus excitant dans la Coupe du monde?

Le fait que cette fois-ci elle ait lieu au Canada! Et aussi de poursuivre l’aventure, pas seulement la Coupe du monde, mais par rapport à tout le travail de préparation que cela comporte.

Articles similaires

Que pensez-vous?