Elfi Schlegel-Dunn adopte une approche décontractée pour enseigner les habiletés physiques

mai 2, 2013 Aucun commentaire »
Elfi Schlegel-Dunn adopte une approche décontractée pour enseigner les habiletés physiques

Elfi Schlegel-Dunn (sur l’image ci-dessus elle se trouve sur la gauche et sa sœur, Andrea Schlegel à droite) a beau avoir remporté de multiples médailles en tant que gymnaste d’une équipe nationale canadienne entre 1976 et 1985, son approche favorisant les enfants à apprendre le savoir-faire physique est agréablement détendue. Mère de 3 enfants, Elfi a cofondé à Oakville Schlegel’s Gymnastics  il y a 15 ans de cela avec Andrea, une ancienne gymnaste rythmique. Les gens sont stupéfaits qu’avec un vécu aussi compétitif, nous ne disposions que d’infrastructures récréatives, dit Elfi, « Mais nous ne sommes ici que pour que les enfants fassent leurs débuts. »

Nous avons rencontré Elfi qui est aussi l’auteure de The Gymnastics Book : The Young Performer’s Guide to Gymnastics, pour découvrir comment elle motive ses élèves gymnastes, ses enfants et elle-même à rester actifs.

En quoi consiste le programme au centre de gymnastique Schlegel?

L’accent est mis sur l’amusement, le conditionnement physique et les fondamentaux. Notre programme promeut également le développement physique, émotionnel et social des enfants. Nous enseignons aussi les consignes de sécurité parce que nous voulons qu’ils vivent une expérience positive. Ils apprennent les fondements du sport et bien davantage.

Comment le terme « savoir-faire physique » est-il accueilli par les parents?

J’utilise ce mot avec les parents. C’est une merveilleuse expression pour les aider à comprendre que les enfants doivent apprendre comment faire fonctionner leur corps. C’est la raison pour laquelle je commence le programme à 18 mois. C’est une occasion pour les parents de faire un don à leur enfant en leur enseignant les éléments constitutifs des mouvements physiques.

Quelles habiletés motrices fondamentales enseignent la gymnastique?

Nous sautons, sautillons, nous balançons, pivotons, et apprenons à sauter avec les deux pieds. Nous sollicitons les deux côtés du corps et du cerveau. Lorsque je disputais des compétitions, on me demandait quel était mon côté fort. Dans notre gymnase, nous développons les deux cotés. On appelle ça le mouvement bilatéral.

Comment la gymnastique prépare-t-elle les enfants à d’autres sports?

Elle donne les bonnes bases. Mes propres enfants viennent chaque semaine suivre leur cours de gymnastique de 90 minutes. Ils savent grimper à la corde et ils ont le sens de l’équilibre. Lorsque mon fils Cameron de 10 ans était plus jeune, il disait : « maman, ça ne me tente pas d’aller transpirer aujourd’hui. » Cela me choquait et je me demandais comment j’allais réussir à le changer. Mais à  présent il commence à se passionner pour son sport. Il a commencé le tir à l’arc. Son entraineur, l’entraineuse olympique Joan McDonald dit que la force dans le torse et le haut du dos sont la clé, la gymnastique est donc excellente. Au fil des ans, beaucoup d’entraineurs m’ont dit qu’ils adoraient les enfants qui ont fait de la gymnastique.

Impliquez-vous les parents?

Nous avons déjà ouvert le gymnase aux mamans et aux papas. Parfois nous avions une classe d’adultes qui viennent lorsque les enfants sont au lit et ils ont une illumination. Ils ont observé leurs enfants, vous leurs enseignez à présent les premiers pas du mouvement; ils sont à bout de souffle et réalisent que c’est beaucoup plus dur que ça en a l’air. Ils comprennent alors pourquoi leur enfant a autant de difficultés à se tenir au centre du trampoline par exemple. C’est une grande révélation.

Pourquoi les garçons devraient-ils faire de la gymnastique?

Cela fait autant de bien aux filles qu’aux garçons, car l’équipement est adapté à tous. Il s’agit de libérer leur corps et de les amener à aimer l’activité physique. Il faut les attirer dès leur plus jeune âge afin qu’ils éprouvent du plaisir à transpirer. Dans les classes de gymnastique de gars, je les mets sur la balance board et leur lance des balles — et leurs talons doivent rester stables sur la planche. La gymnastique les garde occupés. Alors que les garçons grandissent et s’engagent dans des sports d’équipe comme le soccer, le hockey et le basketball, ils commencent à se contracter, notamment au niveau des fessiers et du bas du dos. La gymnastique les aide à rester mobiles et souples.

Que faites-vous pour garder vos propres enfants actifs?

Mes enfants ont toujours fait de la gymnastique, ils ont aussi fait de la natation et du soccer. Olivia ramassait des marguerites sur le terrain de soccer pendant que Cameron essayait d’organiser des rencontres. Benjamin, le cadet qui a sept ans, adore le soccer. Nous avons fait preuve de persévérance. Lorsque nous les inscrivons à une activité, « ils ne peuvent en aucun cas se désister, ils doivent finir la session. » Nous marchons énormément. Même en voyage, nous faisons des arrêts et mon mari va installer une course d’obstacles d’une dizaine de minutes pour nous défouler. La télévision ne fait pas vraiment partie de notre mode de vie — nous nous sommes débarrassés du câble. Lors d’une récente tempête de neige, le bus scolaire n’est pas passé. Nous sommes donc sortis avec mon fils et avons pelleté. Ce fut un très bon exercice. En plus, ils apprennent par l’exemple. La dernière chose que je souhaite, c’est les avoir à la maison sans rien faire.

Comment faites-vous pour entretenir vos propres habiletés physiques?

J’ai maintenant 48 ans. Ce n’est pas aussi facile que lorsque j’en avais 25, car je ressens les maux et les douleurs dues à mes entrainements de gym. Je présente des signes d’arthrite aux parties du corps que je me suis foulées un million de fois. J’évite donc les sports violents. Au centre de gymnastique, bien entendu, on bouge tout le temps. Andrea et moi-même adorons ce que nous faisons et plus nous sommes actives et plus les enfants le seront. Je ne vais plus au centre de conditionnement physique, mais durant le jour, je marche rapidement jusqu’à l’école des enfants. Je prépare aussi le cyclo-défi contre le cancer qui est une grosse étape pour moi. Lorsque je suis sur la route pour des événements, je vais au gym de l’hôtel pendant 20 minutes ou bien j’utilise une bande élastique Theraband dans la chambre d’hôtel.

Qu’est-ce qui vous motive?

Mon objectif quotidien est d’éduquer les gens et d’expliquer aux parents pourquoi le savoir-faire physique est aussi indispensable à l’apprentissage de leur enfant. Je pense aux trois miens et je vois le chemin qu’ils ont parcouru. En termes de savoir-faire physique, le système scolaire n’offre pas grand-chose de nos jours. Alors pourquoi ne feriez-vous pas découvrir la gymnastique à votre enfant? Lorsqu’ils sont plus jeunes, ils n’ont pas besoin d’apprendre dix trucs ou de participer à trop de programmes — cela peut attendre. Mais ils profiteront d’un programme de gymnastique récréative et ils auront confiance.

 

Articles similaires

Que pensez-vous?