Entraînabilité : jusqu’où l’entraînement peut-il mener votre enfant?

mai 26, 2017 Aucun commentaire »
Entraînabilité : jusqu’où l’entraînement peut-il mener votre enfant?

Le corps humain s’adapte à l’exercice. Plus on travaille ses muscles, plus ils se développent. Plus on court régulièrement, plus nos poumons absorbent rapidement l’oxygène dans le sang. C’est la « réponse » normale de notre corps à l’entraînement.

Il faut cependant savoir que différentes personnes réagissent différemment au même entraînement, les enfants inclus.

Si votre enfant est un sportif, cela est important à comprendre.

Qu’il s’agisse de soulever des poids, d’améliorer sa flexibilité, de s’entraîner pour augmenter sa vitesse ou de développer sa capacité aérobique, chaque personne possède des caractéristiques uniques qui déterminent l’ampleur et la rapidité de sa réaction à l’entraînement. Désignée par les scientifiques sportifs « entraînabilité », cette réponse varie d’une personne à l’autre, car elle est principalement déterminée par la génétique.

Si vous pratiquez un sport ou faites de l’exercice, vous avez sans doute une bonne idée de la capacité de votre corps à réagir à l’entraînement. Toutefois, cette question ne vous a probablement pas effleuré l’esprit en ce qui concerne votre enfant.

Pourquoi s’en soucier?

Lorsque nos enfants font du sport ou poursuivent des activités comme la danse, nous cherchons invariablement chez eux des signes de talent précoce. Il peut même nous arriver de rêver les voir devenir champions du monde dans dix ans. Il leur suffit de travailler très fort, n’est-ce pas?

Eh bien, oui et non. Certes, l’effort importe dans toute activité, mais de nombreux facteurs peuvent empêcher un enfant de s’emparer du podium, le plus important étant l’entraînabilité.

Pour mieux comprendre, examinons le graphique ci-dessous (version anglaise).

trainability_ltad_2-2-1

Nous pouvons observer quatre réactions de base à l’entraînement de la force, de la flexibilité, de l’endurance et de la vitesse :

  • Réaction importante et rapide
  • Réaction importante et lente
  • Réaction faible et rapide
  • Réaction faible et lente

Quand il s’agit de reconnaître les enfants au talent précoce, entraîneurs et parents repèrent le plus souvent les enfants dont la réponse à l’entraînement est importante et rapide tôt dans leur vie, soit avant le secondaire dans de nombreux cas.

Toutefois, les entraîneurs occupant les plus hauts échelons du sport vous diront qu’il est impossible de savoir si cette réaction précoce à l’entraînement est révélatrice du plein potentiel de ces enfants une fois devenus adultes. Le jeune super rapide ou super fort à l’âge de dix ans pourrait devenir le plus lent et le plus faible de sa cohorte à l’âge de vingt ans. Parallèlement, l’enfant le plus lent et le plus faible à l’âge de dix ans pourrait se révéler le plus rapide et le plus fort à vingt ans.

Comprenez-vous l’importance de ce facteur dans la manière dont nous entraînons ou élevons nos enfants?

Bref, il est plus sage de ne pas juger qui a du talent ou n’en a pas à l’âge de dix ans, voire à quinze ou seize ans. Nous serions plutôt mieux avisés de veiller à ce que chaque enfant ait la chance d’atteindre son plein potentiel en assurant à tous un entraînement de qualité, peu importe qui nous pensons possède du talent. Il est d’ailleurs fort probable que nous ne puissions pas vraiment évaluer leur vrai talent avant qu’ils aient l’âge de dix-huit ans, voire bien plus.

Il vous importe peut-être peu de savoir si votre enfant évoluera dans les ligues professionnelles un jour — soit. Toutefois, il est bon de savoir que l’entraînabilité est un facteur de taille qui permet de déterminer comment et pourquoi votre enfant pourrait être considéré comme « talentueux » ou pas à l’âge de douze ans. Il est aussi utile de comprendre l’âge relatif et l’âge de développement et de saisir la différence entre le dépistage et le développement des talents. Si un entraîneur vous dit que votre fils de dix ans a l’étoffe d’un professionnel, ou que votre fille de huit ans ne réussira jamais à participer aux Olympiques, restez sceptique. À condition que votre enfant aime le sport ou l’activité qu’il poursuit, le meilleur conseil à suivre est de simplement l’encourager à continuer de jouer et de s’entraîner et de voir jusqu’où cela le mènera.

 

Articles similaires

Que pensez-vous?