La raison pour laquelle certains enfants éprouvent des difficultés dans les cages à singes

mai 16, 2013 Aucun commentaire »
La raison pour laquelle certains enfants éprouvent des difficultés dans les cages à singes

Q : Ma fille est en première année et aime jouer avec ses amis dans la cour de l’école, mais dernièrement, au souper, elle a fait un commentaire qui m’inquiète un peu. Elle m’a dit que les autres enfants se débrouillaient beaucoup mieux qu’elle dans les cages à singe, et je sentais qu’elle se sentait mal. Elle est costaude pour son âge, sans excès de poids, juste grande — et je me demande si c’est pour cela. Y a-t-il une façon de l’aider à s’améliorer dans les cages à singes?

Si votre fille est plus corpulente que la plupart de ses camarades, elle est probablement en train de batailler entre la proportion de sa masse musculaire et l’ensemble de sa masse corporelle. C’est assez fréquent à son âge. Se balancer dans les cages à singes demande beaucoup de force dans les bras par rapport à la masse musculaire ainsi qu’une forte prise de la main. En conséquence, il est en général beaucoup plus facile pour un enfant de petite taille de s’agripper aux cages à singes que pour un plus grand du même âge.

Vous n’avez pas à vous en faire pour votre fille. Vous pourriez simplement lui expliquer que chacun est différemment constitué et grandit donc à un rythme différent, ce qui fait qu’elle va se retrouver au même niveau que les autres dans les cages à singe d’ici ou un ou deux ans.

Je parie que votre fille, à cause de sa taille, réussit mieux que ses camarades dans d’autres activités physiques. Si c’est le cas, vous devriez lui faire remarquer.

Habituellement, les jeunes enfants qui sont grands dominent souvent dans certaines activités physiques, comme lancer une balle de baseball ou envoyer à une grande distance un ballon de soccer. Toutefois, votre fille s’en rendra compte, ils ont plus de difficultés avec des mouvements liés à la gymnastique comme se balancer dans les cages à singe, faire une culbute ou des sauts périlleux.

Cela ne signifie pas que vous devez décourager votre fille à y aller. Bien au contraire – vous pouvez lui expliquer que les habiletés motrices de tout un chacun changent au fur et à mesure de notre taux de croissance et de la mesure selon laquelle nous pratiquons nos différentes habiletés. Vous pouvez aussi lui faire remarquer que nous avons souvent des aptitudes et de talents différents et que nous n’avons pas toujours besoin d’être les meilleurs dans tout ce que nous entreprenons.

Il est à espérer qu’elle continuera à jouer dans les cages à singes pour développer ses compétences. Mais il faut pour cela qu’elle les aime et qu’elle s’y amuse. Cela ne devrait pas devenir une « job » ou quelque chose pour laquelle elle est « évaluée ».

Une petite réflexion : vous pourriez inscrire votre fille dans un programme d’initiation à la gymnastique. Certains mouvements lui paraitront peut-être compliqués, mais ils contribueront à augmenter son équilibre, sa coordination et sa force à long terme.

Aussi dans le processus, ils devraient l’aider dans d’autres activités physiques et accroître sa confiance générale dans les divers niveaux d’activités.

Tous les enfants peuvent tirer avantage de ce qu’ils apprennent : nul besoin d’être les meilleurs dans tout ce que nous entreprenons. Nous sommes juste plus adroits que nos pairs dans certaines activités, et moins bons dans d’autres.

Ce qui est important c’est de s’amuser et de développer les aptitudes dont nous disposons.

 

Articles similaires

Que pensez-vous?