L’autorégulation chez les enfants ou comment rester concentré et maître de soi

février 8, 2017 Aucun commentaire »
L’autorégulation chez les enfants ou comment rester concentré et maître de soi

Il ne se passe pas une journée sans que notre capacité de raisonnement et nos émotions soient mises au défi. Quel que soit le milieu dans lequel on évolue ou la tâche à accomplir, certains facteurs viennent menacer notre équilibre. Ces éléments perturbateurs tentent de nous déconcentrer, de nous démotiver, voire de nous faire sortir de nos gonds.

Les situations auxquelles on doit faire face sont diverses et variées, allant du simple caprice d’un enfant au beau milieu de l’épicerie à l’annonce d’une maladie grave et la prise d’une décision rationnelle quant au traitement à suivre.

Comment réagir dans ces cas-là? Comment rester maître de nos pensées, de nos émotions et de notre comportement? Grâce à l’autorégulation ou maîtrise de soi, qui nous permet de répondre de façon posée, réfléchie et adéquate à la situation en question. Comprendre l’autorégulation et l’encourager chez un enfant est d’une importance capitale : c’est ce qui lui permettra de devenir autonome, d’avoir confiance en lui et de réussir.

Qu’est-ce que l’autorégulation?

Le besoin d’autorégulation se fait sentir dès le plus jeune âge. Quand, à la garderie, votre tout-petit voit un autre enfant avec un gros jouet multicolore dans les bras, vous espérez qu’il résistera à l’envie d’aller le lui prendre. Quand, au primaire, un camarade de classe se moque ouvertement de votre enfant, vous vous attendez à ce qu’il lui réplique d’une voix ferme et assurée et non avec les poings. Quand, le soir, votre ado doit faire ses devoirs, ceux qui lui permettront d’acquérir les bases pour entrer à l’université, vous souhaitez qu’il persévère même si c’est difficile et ce, sans avoir besoin que vous le rappeliez à l’ordre et sans se laisser distraire par Facebook ou Snapchat.

L’autorégulation ne se résume pas à savoir distinguer ce qui est bien ou pas. C’est être capable de faire les bons choix et être déterminé à aller jusqu’au bout sans instructions de la part d’un parent ou d’une autre forme d’autorité. En bref, c’est être autonome et efficace.

D’où vient l’autorégulation?

Selon les études, le développement de l’autorégulation dépend à la fois de la biologie et du milieu de vie.

Premièrement, la maturation cérébrale, notamment dans les lobes frontaux, détermine fortement la capacité d’un enfant à surmonter son impulsivité.

Deuxièmement, la génétique intervient de façon significative dans la maîtrise de soi. Si vous avez plusieurs enfants, vous aurez remarqué que chacun a son tempérament et la capacité de s’autoréguler différemment, en fonction de ses gènes.

Troisièmement, le milieu de vie façonne l’autorégulation. Grâce à l’interaction avec ses camarades de jeu ou de classe, son enseignant, son entraîneur et le monde qui l’entoure, un enfant apprend les comportements sociaux. Il observe, imite et intériorise le comportement des autres de manière à réguler le sien. Il est donc important que les parents surveille ce que leur enfant regarde à la télévision ainsi que son entourage.

L’influence des adultes

La manière dont un adulte oriente le comportement d’un plus jeune a son importance. Des études montrent qu’un enfant sera plus enclin à adopter tel ou tel comportement si on lui en explique les raisons, et aura tendance à mieux s’autoréguler à l’avenir. A contrario, un enfant contraint par l’autorité aura moins de facilité à intérioriser ce comportement approprié et à le transformer en habitude.

Le développement de l’autorégulation n’est pas chose facile. Cela requiert des années d’apprentissage et des parents aimants et attentionnés, qui font eux-mêmes preuve d’une grande maîtrise de soi. C’est pourtant l’un des plus grands cadeaux qu’on puisse offrir à un enfant.

Articles similaires

Que pensez-vous?