Le vrai Nord fort et libre?

février 22, 2013 Aucun commentaire »
Le vrai Nord fort et libre?

Le Canada est un beau grand pays. Nous avons tant de raisons d’être reconnaissants. Mais tout n’est pas parfait chez nous. On nous dit progressistes et de culture diversifiée, et dans le feu de la progression, je m’adresse à tous les parents, administrateurs et éducateurs de notre nation équitable.

Nous sommes fiers de notre réussite dans les domaines de l’écriture, de la lecture et du calcul, car nos enfants sont parmi les plus compétents du monde quand il s’agit de la lectuRe, l’écRiture et l’aRithmétique. Ce n’est pas vraiment une surprise puisque les 3 R ont été de longue date les piliers de notre système d’éducation et de notre mentalité canadienne. Du Pacifique à l’Atlantique, nous déterminons notre réussite des 3 R en utilisant les examens provinciaux obligatoires. Nous savons où nous en sommes, et nous pouvons à juste titre garder la tête haute.

L’écriture et la lecture sont cruciales pour l’acquisition, par chaque enfant, jeune et adulte des compétences indispensables dans la vie de tous les jours étant donné qu’elles sont essentielles à une participation efficace dans les sociétés et les économies du vingt-et-unième siècle. –Nations Unies 2002

Malgré ces merveilleuses réussites dans l’écriture, de la lecture et du calcul, la santé des Canadiens, tant des enfants que des adultes, est insidieusement érodée. Notre manière de vivre au Canada s’est malheureusement sédentarisée pour plus de 95 % d’entre nous et plus de 65 % accusent un surplus de poids et sont obèses, entraînant le développement sans précédent de « maladies d’inactivité » telles que le diabète 2 et l’ostéoporose.

Le vrai Nord n’est pas fort, il est faible

Ce mode de vie non sain — nos comportements — est le reflet de nos valeurs et attitudes canadiennes. Heureusement que notre système de soins de santé a jusqu’à présent été en mesure de gérer les conséquences négatives de notre paresse et gloutonnerie collective. Quoique notre système de soins de santé commence à échouer sous le poids de nos modes de vie.

Nous voulons nos soins de santé, mais nous ne voulons pas notre santé!

Comment corriger cela? Fort heureusement, les objectifs de l’éducation physique et santé Canada (EPS) qui font partie de nos programmes provinciaux d’éducation peuvent fournir les fondations pour engendrer des enfants dotés du savoir-faire physique qui participent activement. Ce qui pourrait sauver la prochaine génération de Canadiens bacon si vous me permettez l’expression.

Les parents et les éducateurs doivent commencer à exiger l’atteinte des objectifs de l’EPS, tout comme nous avons mis l’accent sur la lecture, l’écriture et l’arithmétique. Cela constituerait peut-être le fondement d’une nouvelle culture canadienne, active et en santé.

Le savoir-faire physique est crucial pour l’acquisition par chaque enfant, jeune et adulte des compétences indispensables dans la vie de tous les jours étant donné qu’elles sont essentielles à une participation active efficace dans la société menant à une nation du vingt et unième siècle en santé.

Le programme d’éducation physique de toutes les provinces peut être trouvé en anglais ici . Les parents devraient se familiariser avec les comportements et les acquis que nos enfants devraient avoir appris dans notre système d’éducation physique et santé. Vous serez surpris d’apprendre quelles sont les attentes d’apprentissage. Les parents veulent que leurs enfants soient en bonne santé. Nous le voulons tous. Nous n’avons peut-être pas encore les examens provinciaux pour le savoir-faire physique, mais si nous attachons de l’importance à ce que le savoir-faire physique offre à nos enfants, nous devons l’évaluer. Tout comme nous évaluons l’aptitude de nos enfants à lire, écrire et calculer.

Comme la plupart des programmes provinciaux EPS, le Manitoba aborde la condition physique, la motricité, la sécurité, les saines habitudes de vie ainsi que la gestion personnelle et sociale. Vous trouverez en anglais ici certains des objectifs d’apprentissage du programme de 6e année portant sur 3 volets : la condition physique, la motricité et les habitudes de vie. Vous noterez que les objectifs sont assez audacieux. Si les enfants étaient en mesure d’exécuter ce qui est visé par le programme, ils seraient préparés pour leur avenir.

Le problème est que les écoles n’offrent pas les programmes. Nos enfants ne sont pas capables d’accomplir tout ce que le système exige d’eux. En tant que parents, nous devons travailler de concert avec notre système d’éducation pour atteindre ces objectifs.

Le savoir-faire physique devrait être aussi bien implanté que l’écriture, la lecture et le calcul

Les secteurs récréatifs et sportifs doivent être intégrés dans nos systèmes scolaires par le biais du conseil consultatif de parents en complément du processus d’éducation pour le savoir-faire physique. Nos enseignants savent quels sont les enfants qui doivent améliorer leurs habitudes de vie et ils peuvent jouer un rôle très important en guidant les élèves vers des activités de loisirs qui sont à leur portée dans la communauté.

Nous n’avons pas à nous faire de soucis pour ceux qui sont déjà actifs et sportifs. Nous devons nous préoccuper de ceux qui ne le sont pas.

Alors, parents, allez confronter les enseignants, sensibilisez les directeurs et les surintendants, embauchez votre conseil consultatif de parents. Ils ne doivent avoir aucun doute quant aux besoins de nos enfants et de notre pays. « Hé, mes enfants doivent être dotés du savoir-faire physique et être actifs! »

Nous n’accepterions jamais que nos enfants ne fassent la lecture que deux fois par semaine, car nous savons que la lecture hebdomadaire favorise l’alphabétisation. Alors pourquoi sommes-nous d’accord avec le fait que nos enfants pratiquent l’éducation physique et des activités seulement quelques fois par la semaine?

En tant que parents, nous pouvons y remédier en dehors des heures d’école. Mais les écoles peuvent apporter une prodigieuse contribution durant la journée.

Assurons-nous que le Canada, le vrai Nord, soit réellement fort et libre.

Alors, parents, confrontez les enseignants, sensibilisez les directeurs et les surintendants, embauchez votre conseil consultatif de parents. Ils doivent être conscients de vos espoirs et de vos besoins pour vos enfants et notre pays : « Hé, mes enfants doivent être dotés du savoir-faire physique et être actifs! »

Les programmes d’éducation physique et de la santé de toutes les provinces du Canada

Des élèves sélectionnés pour acquérir les objectifs d’apprentissage du programme du Manitoba d’éducation physique et de santé de la 6e année

Articles similaires

Que pensez-vous?