Cette maman a entrepris son propre programme parascolaire pour enseigner aux enfants la littératie physique

octobre 23, 2013 2 Commentaires »
Cette maman a entrepris son propre programme parascolaire pour enseigner aux enfants la littératie physique

Jennifer Langlois en connait une chose ou deux sur le fait d’être active. Elle est une ancienne nageuse synchro qui travaille maintenant en tant que thérapeute sportive à Québec.

Cette maman de deux jeunes enfants contribue à présent à inciter les enfants, et pas seulement les siens, à être actifs et à s’amuser.

En 2012, elle a démarré Sports+, un programme qui développe la littératie physique des  jeunes de la garderie à la 4e année. Pendant 10 semaines, à raison d’un jour par semaine, des élèves suivant un programme parascolaire, ont été emmenés en autobus dans une école secondaire spécialisée en sports-études. Chaque enfant a suivi un cours d’une heure de tennis, de soccer, de danse ou de natation.

Plus de 60 enfants ont partagé cette expérience l’année dernière, assimilant toutes sortes d’habiletés du savoir-faire physique, comprenant la course, le saut, l’esquive et l’arrêt, dit-elle.

« Je suis d’avis que les enfants ont besoin d’au moins une heure d’activité physique par jour », déclare Jennifer, qui est aussi l’experte du développement de l’athlète de synchro pour le Canada de l’Est.

« Mais pour des parents qui travaillent, il est difficile de procurer cette activité physique aux jeunes enfants sur une base quotidienne. »

Jennifer cite sa propre expérience — se précipiter pour aller chercher sa fille après le travail, pour ensuite se presser pour renter à la maison pour manger et se consacrer aux autres tâches. Elle a voulu inscrire sa fille dans un programme parascolaire de sa ville, mais s’est rendu compte que combiner vie privée et activité professionnelle était vraiment très compliqué.

« Il n’y avait aucun moyen d’inscrire ma fille à des activités parascolaires municipales juste après l’école qui s’accordaient avec les devoirs et le souper, sans parler de l’heure du dodo à une heure raisonnable » dit-elle.

« Le but étant que les enfants effectuent leur heure d’activité physique juste après l’école. » Voulez-vous commencer un programme similaire à l’école de vos enfants? dit Jennifer : « Contactez les programmes sportifs locaux de votre municipalité et engagez le dialogue. »

Une analyse est en cours pour évaluer la poursuite du programme cette année et les suivantes. Jennifer espère qu’il sera étendu à deux jours par semaine et serait ravie de voir des programmes similaires dans les écoles à la grandeur du pays — et peut-être qu’ils seront en mesure d’offrir une plus longue liste de sports à essayer.

Sa fille qui a maintenant 6 ans a essayé tous les sports, du ski alpin, en passant par le ballet et le tennis et Jennifer projette de faire de même avec son tout petit.

Elle s’assure également d’intégrer des exercices réguliers et amusants à faire en famille tout au long de la semaine — et pas toujours dans une salle de classe.

« Chaque jour nous partons à l’école à pied, 1 km aller-retour, deux fois par jour, et en été nous nageons et faisons beaucoup de randonnées, » dit Jennifer.

« Il s’agit de leur inculquer combien  il est important de prendre l’air, de s’amuser et d’être actif. »

 

Articles similaires

2 Commentaires

  1. Caroline Lebrun octobre 24, 2013 at 9:11 - Reply

    SUPER SUPER SUPER !!!!!

    • Christian Hrab
      Christian Hrab octobre 29, 2013 at 7:40 - Reply

      Jennifer Langlois est effectivement inspirante.

Que pensez-vous?