Ces consignes qui ne font que confondre vos hockeyeurs

janvier 12, 2018 Aucun commentaire »
Ces consignes qui ne font que confondre vos hockeyeurs

Une partie de hockey, c’est bruyant! Entre la musique pendant les arrêts de jeu et les entraîneurs et parents qui crient leurs instructions, les plus jeunes hockeyeurs peuvent vite se sentir dépassés. Ils essaient de tout saisir, et finissent par mal comprendre les messages qu’ils reçoivent.

Aucun joueur ne veut commettre une erreur. Or, en les incitant à se concentrer sur les choses à éviter plutôt que sur les bonnes décisions, on nuit à leur développement. Évidemment, il peut être difficile de deviner comment nos mots seront reçus. Mais souvenez-vous que les hockeyeurs assimilent plus facilement ce qu’on leur enseigne s’ils ont droit à une démonstration préalable.

Article sur invitation de la OMHA

La Ontario Minor Hockey Association est au service d’une communauté de plus de 100 000 joueurs répartis parmi 225 associations provinciales de hockey mineur.

Visitez sa page Facebook.

Vous trouverez ci-dessous quelques consignes qu’on entend souvent à la patinoire. Pour chacune, nous démontrerons l’écart pouvant exister entre l’intention de l’entraîneur et la perception du joueur. Les hockeyeurs ne comprennent pas toujours le jargon des adultes, alors il faut parfois leur présenter les choses de manière beaucoup plus simple et directe.

1. « Débarrasse-toi de la rondelle! »

Souvent, quand la rondelle circule profondément dans son territoire, le réflexe du joueur est de s’en débarrasser par n’importe quel moyen.

Mais les hockeyeurs doivent en arriver à faire de bons choix en possession du disque. S’ils précipitent leurs jeux par peur de commettre des bévues, ils n’apprendront jamais de leurs erreurs.

Vous voulez les pousser à décider? Soyez plus directs. En pareille situation, dites-leur par exemple « choisis la bonne passe » ou « essaie de repérer un coéquipier » — ils éviteront ainsi de dégager instinctivement dans un mouvement de panique.

2. « Reste à la ligne bleue. »

D’accord, c’est un début. Mais ensuite?

La rondelle change de direction. Le joueur doit-il suivre le jeu ou garder sa position? Il n’arrive pas à maîtriser le disque, qui quitte la zone offensive. Toute l’équipe doit alors se repositionner. Comment doit-il réagir?

Il n’est pas nécessaire de fournir des instructions détaillées, mais en encourageant par exemple les joueurs à « éviter les hors-jeu », vous leur donnez la liberté de bouger et les gardez au cœur de l’action.

3. « Arrête de faire dans la dentelle! »

Nous voulons que nos joueurs développent leur créativité et s’amusent sur la glace. Or, en leur imposant très tôt un « système » contraignant, l’entraîneur les bride, et leur donne l’impression qu’il n’a pas confiance en eux.

Répétons-le : les joueurs apprennent de leurs erreurs. Ils créent un revirement à force de tricoter avec la rondelle? La prochaine fois, ils opteront pour une passe plus simple. Cela dit, un jeu inventif réussi peut faire tourner le vent, alors l’entraîneur peut dire à ses joueurs quand le moment est bien choisi pour laisser libre cours à leur créativité.

Incitez les joueurs à changer leur style et à expérimenter lorsqu’ils s’emparent de la rondelle. Demandez-leur ce qu’ils tentaient d’accomplir, et donnez-leur des conseils qui les aideront à mieux faire la prochaine fois. On ne peut pas toujours réussir du premier coup, n’est-ce pas? Vos joueurs ne doivent pas avoir peur de l’échec.

4. « Ne reste pas planté là! »

Les entraîneurs veulent voir tous leurs joueurs mêlés à l’action. Expliquez à vos hockeyeurs ce que signifie « se libérer » et « se déployer » de manière à favoriser les passes. Faites-leur comprendre que chacun peut jouer un rôle important sans forcément pourchasser la rondelle.

Et en défensive, donnez à tous un rôle bien défini, ou un adversaire précis à couvrir. En se concentrant sur une petite tâche plutôt que sur un objectif général comme « dégager le territoire », chacun aura le sentiment d’être constamment sollicité.

5. « Sers-toi du mur. »

Les joueurs qui savent se servir de la bande peuvent parfois se sortir d’une posture fâcheuse lorsqu’ils sont en possession de la rondelle. Mais au hockey, il n’y a pas de « murs » sur la glace. C’est d’ailleurs un sport riche en jargon, alors tâchez d’utiliser les bons termes : tout ça sera plus facile à assimiler.

Photo : Roger Stermann

Articles similaires

Que pensez-vous?