Pleins feux sur PyeongChang : des nouvelles des Jeux d’hiver

février 12, 2018 Aucun commentaire »
Pleins feux sur PyeongChang : des nouvelles des Jeux d’hiver

Bienvenue à « Pleins feux sur PyeongChang »! Chaque vendredi nous condenserons l’actualité des Jeux pour les jeunes partisans. Nous ferons plus qu’un simple décompte des médailles : nous proposerons des histoires drôles, particulières, inspirantes ou qui illustrent le formidable esprit sportif qui constitue le cœur des Jeux olympiques d’hiver de 2018 à PyeongChang.

Revenez à la fin de chaque semaine et amusez-vous à discuter des nouvelles avec les enfants de votre entourage.

10 janvier

L’un des moments forts des cérémonies d’ouverture fut l’arrivée des porte-drapeau du Canada, Tessa Virture et Scott Moir, qui ont mené 223 des meilleurs athlètes au pays dans le stade olympique de PyeongChang. Mais ce n’est là qu’une des nombreuses actualités de la semaine.

  • Philippe Marquis, un modèle Actif pour la vie, s’est qualifié pour la finale des bosses, malgré une déchirure du ligament croisé antérieur. Ce ligament stabilise et soutient le genou pendant les mouvements latéraux, mais Philippe ne semble pas en avoir eu besoin sur la montagne. Il a écrit les mots « Fire » (feu) et « Engage » (allez) sur les pouces de ses gants pour se motiver encore davantage à se donner à fond sur chaque bosse du parcours.
  • Les athlètes canadiens seront peut-être bien à l’aise sur les patinoires de PyeongChang, puisque les responsables de la glace de cinq des six sites viennent du pays de la feuille d’érable. Kyle Lamkey, par exemple, prendra une pause de son rôle chez les Maple Leafs de Toronto pour conduire la Zamboni sur les patinoires de hockey des Jeux.
  • Pendant que le planchiste finlandais Roope Tonteri se préparait à dévaler la piste de slopestyle lors des qualifications, son entraîneur, lui, semblait se concentrer sur autre chose… En effet, ce dernier tricotait au sommet de la piste du Parc de neige de Phoenix, ne s’interrompant que pour donner une poignée de main spéciale à son athlète. C’est une façon comme une autre de relaxer!
  • Les cérémonies d’ouverture nous en ont mis plein la vue côté tenue vestimentaire : l’équipe américaine, par exemple, portait des manteaux chauffants alimentés par batterie et contrôlés par une application. La palme revient toutefois aux athlètes des Bermudes, qui sont arrivés dans le stade olympique en pantalons courts, insensibles à une température atteignant -2 °C. Et que dire du porte-drapeau de Tonga, qui défilait torse nu!

Articles similaires

Que pensez-vous?