Comment gérer un entraîneur tyrannique

En tant qu’entraîneur de soccer pour les enfants, j’ai vu ce qu’il y a de meilleur et de pire chez mes pairs. J’insiste néanmoins sur le fait qu’il y a eu plus de bien que de mal. Mais dans les cas où ça a été mauvais, c’était parfois très mauvais.

J’ai vu des entraîneurs réprimander des enfants à la limite du mauvais traitement.

Selon l’âge des enfants, leur stade de maturité cognitive et émotionnelle et la nature « compétitive » de l’environnement, les hurlements peuvent être corrects ou dommageables.

En tant que parent, vous devez faire la part des choses.

Avec des enfants préadolescents, le hurlement est pratiquement toujours inapproprié et parfois même associé à l’intimidation.

J’ai vu par exemple au fil des ans quelques entraîneurs crier après des enfants de 8 ou 9 ans pendant une partie de basketball ou de soccer. Qu’est-ce qui vous prend?

Les mots peuvent sembler anodins, mais vous devez tenir compte du message passé d’un cas à l’autre. Dans ce cas-ci, le message est clairement, « vous venez de commettre une bourde, vous êtes idiots, et je ne suis pas d’accord avec vous. »

Pas un message sensationnel pour un enfant de 8 ans ou quelque athlète que ce soit.

Ces entraîneurs veulent peut-être gagner coûte que coûte, et c’est leur façon malavisée de tenter d’inspirer la performance des joueurs. Parfois cela fonctionne à court terme, mais les effets sont éphémères. Et au fil du temps, beaucoup d’enfants abandonnent leur sport en se sentant brimés, et certains d’entre eux cultiveront une haine féroce envers toute forme d’activité physique.

Aucun enfant ne devrait être victime de ce genre d’abus, voici donc 8 étapes pour vous permettre de gérer un entraîneur tyrannique :

1. Parlez à votre enfant

Premièrement, prenez note des cas lors desquels vous pensez que l’entraîneur a dépassé les bornes en critiquant votre enfant ou d’autres joueurs. En dehors des périodes d’entraînement ou de matches, demandez à votre enfant comment il s’est senti face aux commentaires et aux hurlements de l’entraîneur. (Vous pouvez aussi demander à deux ou trois autres parents ce qu’ils en pensent pour vous assurer que vous ne délirez pas.)

2. Parlez à l’entraîneur

Si vous êtes certain que votre enfant se sent intimidé par la négativité de l’entraîneur et que d’autres parents sont d’avis qu’il dépasse les bornes, vous devez en discuter avec l’entraîneur. Vous pouvez soit lui envoyer un courriel courtois ou organiser une rencontre face à face en dehors du terrain. Quelle que soit votre préférence, exprimez votre inquiétude par rapport au fait qu’il hausse le ton par moments, ce qui d’après vous n’a pas d’effet positif sur les joueurs.

3. Parlez au directeur ou à l’assistant de l’entraîneur

Si vous n’êtes pas à l’aise avec le fait de vous adresser directement à l’entraîneur, parlez au directeur sportif ou à l’assistant de l’entraîneur et demandez-lui d’en débattre avec l’entraîneur. Demandez-lui de vous tenir informé de l’issue de la rencontre.

4. Parlez à l’administration du club

Voyez comment l’entraîneur réagit. Parfois, il n’a juste pas conscience d’être perçu comme négatif et tyrannique. Il se peut qu’il adapte alors son comportement, et dans ce cas le dossier est clos. Toutefois, si l’entraîneur refuse de reconnaître le problème, et s’il semble belliqueux et arrogant, vous devez parler au responsable de votre club local ou de l’école.

5. Clarifiez la chose : ce comportement n’est pas acceptable

Si l’administration essaye de rejeter la faute de l’entraîneur en disant qu’il est un bénévole dédié qui donne de son temps, soulignez que, indépendamment des nobles intentions de l’entraîneur et de son bénévolat généreux, son comportement n’est pas acceptable et qu’il doit être abordé.

6. Demandez à votre enfant s’il veut abandonner

Si l’administration continue à rejeter votre demande, parlez alors à votre enfant de la possibilité d’abandonner l’activité. Du fait d’avoir ancré dans la tête de nos enfants « de ne jamais abandonner », beaucoup d’enfants ne calculent pas cette possibilité. En fait, votre enfant pourrait vous regarder d’un air surpris et avec reconnaissance. Tu veux dire que je n’aurais « plus besoin d’endurer ça »?

7. Cherchez un autre programme dans le même sport

Si votre enfant veut abandonner l’activité, recherchez un autre club dans votre région et vérifiez qu’ils ont un programme convenable avec des entraîneurs qualifiés qui ne lancent pas des insultes.

8. Examinez les différents sports et activités

S’il n’y a pas de possibilité de pratiquer le même sport près de chez vous, recherchez d’autres activités et programmes disponibles. Les enfants découvriront fréquemment de nouvelles activités qu’ils apprécieront encore plus! Cela arrive. Il y a souvent un aspect positif à ces situations.

La principale chose à retenir est que vous n’avez pas à supporter un entraîneur tyrannique. Il faut juste un peu de courage et de volonté pour parler au nom des enfants qui ne s’en sentent pas capables eux-mêmes.

One response to “Comment gérer un entraîneur tyrannique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *