Se spécialiser dans un seul sport? Un entraîneur professionnel dit : non, non, non

Je suis sortie prendre un café l’autre jour — un luxe pour toute maman — et je savourais ce moment de tranquillité jusqu’à ce que j’entende un père de famille se vanter auprès de son ami des prouesses de son fils au hockey et qui lui disait qu’il devait arrêter de faire perdre son temps à son fils en l’inscrivant à de multiples activités.

C’était un de ces moments typiques durant lesquels vous mourez envie d’intervenir à la Annie Hall, accompagnée d’un témoin expert, pour expliquer à un inconnu combien il se trompe.

J’ai résisté, mais fondé sur une entrevue (version anglaise) avec le respecté entraineur Mike Boyle, voici la conversation imaginaire que j’aurais eue.

Lori : désolé, mon vieux qui gâchez mon latte, mais c’est vous qui faites perdre son temps à votre enfant. En encourageant votre fils à jouer seulement au hockey, vous le dépossédez de tous les bienfaits de la littératie physique et l’empêchez de devenir un athlète accompli. Vous lui faites aussi courir le risque d’avoir plus de blessures à cause du surentraînement causé par cette spécialisation hâtive, et vous le privez de découvrir dans quels autres sports il pourrait être bon, ou même apprécier.

Homme : Mais pour qui vous prenez-vous?

Lori : Vous avez raison. Je suis simplement une écrivaine, mais je vous présente Mike Boyle, qui a aidé à entraîner les Red Sox de Boston, les Bruins de Boston et des équipes olympiques féminines de soccer et de hockey sur glace.

[Mike s’approche.]

Mike : Si vous considérez la culture sportive américaine, il n’y a pas beaucoup de gens qui se sont spécialisés à huit ans qui déclarent maintenant : regardez-moi, je suis une vedette de la NBA, de la LNF, ou de la ligue majeure de baseball et ce sont mes parents qui m’ont poussé tout au long de mes entraînements lorsque j’étais enfant; sans eux, je ne serais pas là aujourd’hui. Mais en fait, ce que vous voyez, c’est un groupe d’entrepreneurs qui vendent de la peur, la crainte de voir votre enfant laissé pour compte. Ce qui est faux.

Homme : Mais mon enfant est un formidable joueur de hockey. Comment va-t-il s’améliorer s’il ne se concentre pas juste sur un sport? Je ne comprends pas.

Mike Boyle : Dans le développement athlétique, vous avez besoin d’acquérir une très vaste gamme d’habiletés tôt afin d’être au niveau compétitif par la suite. Ça ne paye absolument pas de se spécialiser tôt. Tout le monde fait l’apologie du développement à long terme de l’athlète, dans le sens qu’un enfant devient un meilleur athlète lorsqu’il commence jeune. L’idée étant que vous tentez de développer un grand athlète. Vous pourriez aussi manquer de discernement en évaluant un très jeune enfant. Vous avez peut-être de grands espoirs pour un enfant que vous voyez devenir le prochain super joueur de hockey, mais vous finissez par vous rendre compte qu’en fait, c’est au baseball qu’il est bon.

Lori : Ouais…

Homme : Vous insinuez donc que jouer seulement au hockey est une mauvaise chose? Mais que dire de tous les athlètes professionnels qui l’ont fait?

Mike : Où sont les preuves? Je dis toujours aux gens de regarder les chiffres. Prenez le soccer. Kristine Lilly, Mia Hamm, toutes de fantastiques joueuses de soccer. Elles étaient toutes des athlètes multisports et ne se sont pas spécialisées tôt.

Lori : Ouais. Et souvenez-vous que ce qui est important c’est que votre enfant soit actif, en santé et heureux. Amenez-le à bouger avec passion pendant qu’il développe toutes ses habiletés physiques et veillez à ce que toute la famille s’amuse ensemble. Au bout du compte, il deviendra probablement un bien meilleur joueur de hockey accompli.

Homme : Eh bien, je n’avais jamais envisagé les choses sous cet angle. Merci, sage et bel inconnu.

Cette conversation n’a jamais eu lieu, mais n’auriez-vous pas aimé que ce soit le cas? Tweet, Facebook, ou commentaire ci-dessous… qu’auriez-vous aimé savoir ou que l’on vous explique sur le sport des enfants dès le début?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *