‘Selling the Dream’ lève le voile sur le hockey en difficulté

‘Selling the Dream’ lève le voile sur le hockey en difficulté

« Selling the Dream » est un livre très spécialisé. Il est écrit pour les parents de jeunes joueurs de hockey dont le fils ou la fille démontre des aptitudes pour le jeu.

Avant de poursuivre, je dois vous mettre en garde : j’adore le hockey. J’y ai joué pratiquement toute ma vie. J’entraîne aussi mon fils dans sa ligue d’hiver ainsi que dans son équipe de printemps de hockey.

En d’autres termes, j’aurais dû adorer chaque passage du livre… et ça a presque été le cas.

Du nombre décroissant de joueurs, en passant par le problème des commotions cérébrales,  Campbell et Parcels dressent une analyse détaillée et intéressante d’un jeu en difficulté. Dans ce contexte, ils ont ensuite souligné une tendance inquiétante : le nombre en hausse de parents qui dépensent des milliers de dollars dans l’espoir de faire de leurs enfants des joueurs élites.

Par le biais d’une série d’entrevues, de statistiques et de faits vécus, les auteurs ramènent sans cesse les parents des jeunes joueurs de hockey à une conclusion incontestable : avec le très faible pourcentage de chances pour que votre enfant ait un grand avenir au hockey, ne gâchez pas son expérience au hockey et sa jeunesse en le rendant professionnel trop tôt.

Lorsque vous encouragez votre enfant dans la poursuite d’un rêve, souvenez-vous que c’est un jeu et non une entreprise. Pensez aux milliers de dollars que vous pourriez facilement dépenser dans l’espoir d’aider votre enfant à réaliser son potentiel. Lassez-vous de la myriade de professionnels qui promettent de lancer le prochain Sydney Crosby ou Hayley Wickenheiser.

Les faits vécus que Campbell et Parcels ont glanés au fil des ans sont une force de ce livre. Ils relatent par exemple, l’histoire du joueur de hockey Max Strang, dont les parents ont quitté leur emploi, ont emménagé (avec le chien) sur un voilier dans le port de Toronto et qui ont dépensé toutes leurs économies en l’espace de trois ans. Tout ça pour s’assurer que leur fils jouerait dans une ligue de hockey renommée et qu’il aurait accès aux meilleurs entraineurs, aux spécialistes du conditionnement physique et autres prestataires de service. Strang a finalement obtenu une bourse d’études partielle au Mercyhurst College, mais à quel prix?

Comme c’est souvent le cas, le point fort du livre est aussi sa faiblesse. Après un certain temps, les histoires tendent à se répéter dans le sens que Campbell et Parcels les utilisent pour mettre inlassablement l’accent sur le même point de vue.

Le livre s’achève sur cinq solutions fondées sur le bon sens. Parmi elles, commencer le hockey super élite (AAA), seulement à l’âge des Pee Wee (11-12) et pas avant ,  et la nécessité pour les parents de recouvrer un sens de la perspective.

Je conseille Selling the Dream à tous les parents dont le fils ou la fille excelle dans ce  sport et qui sont intéressés par les rouages du développement du hockey. Ma seule réserve étant que vous aurez peut-être envie de sauter quelques du passage du livre.

Selling the Dream: Comment les parents et leurs enfants qui jouent au hockey  payent le prix fort pour notre obsession nationale

par Ken Campbell et Jim Parcels

Viking Canada

320 pages, livre relié

32.00 $

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.