Les champions olympiques adorent ce qu’ils font, déclare l’entraineur de skeleton du Canada

février 14, 2014 Aucun commentaire »
Les champions olympiques adorent ce qu’ils font, déclare l’entraineur de skeleton du Canada

En grandissant, l’athlète canadien Duff Gibson a essayé tous les sports qu’il a pu — le judo, le hockey, l’aviron, le patinage de vitesse, le bobsleigh, pour n’en nommer que quelques-uns.

« Ma mère avait l’habitude de me répéter qu’elle pensait que je changeais de sport tous les 5 ans parce que je voulais de nouveaux défis, » nous confie-t-il en riant.

« Mais en chemin j’ai compris ce que mon corps pouvait faire. J’ai compris à quoi je suis bon. »

Et naturellement, ce à quoi il excelle — le skeleton, est de dévaler seul une piste gelée sur une petite luge aplatie.

En 2006, Gibson a remporté une médaille d’or aux Jeux olympiques de Turin en Italie. Cette année-là, à 39 ans, il devint l’athlète le plus âgé à obtenir une médaille d’or dans l’histoire des Jeux olympiques.

À présent, l’entraineur de l’équipe nationale du Canada de skeleton et ses coéquipiers se tiennent fin prêt pour les Jeux olympiques de 2014, à Sotchi, en Russie.

Lorsqu’il n’entraine pas, des athlètes, Gibson à présent âgé de 47 ans, est un pompier de Calgary et le fier papa de deux jeunes enfants âgés de six et neuf ans.

Il les expose déjà à des activités physiques pour la vie. Ils sont constamment encouragés à essayer de nouveaux sports, et ils adorent exécuter des sauts périlleux arrière, « parce que c’est amusant, » dit Gibson.

« Je répète tout le temps à mes enfants : “Nous n’avons pas peur d’avoir le souffle coupé.”

Gibson dit qu’il est reconnaissant pour les opportunités que le parcours des Olympiques lui a données. Par exemple, toute une vie de compétitions lui a permis d’acquérir un bon esprit sportif et un grand respect pour ses concurrents.

Chaque situation, dit-il, offre quelque chose de nouveau à apprendre.

Si quelqu’un vous bat, voilà alors un défi pour vous améliorer. »

Mais, souligne-t-il, parfois gagner n’est qu’une question de chance. Peut-être concourrez-vous sur la piste idéale pour vos points forts, dit-il. Peut-être pas. « J’ai une perception aigüe de la chance et de la malchance à tous les niveaux, » dit-il.

« Ce que la piste de Turin nous demandait était en fait de tourner fort, et je pouvais tourner plus fort que mes concurrents. »

Même si vous ou votre enfant remportez un jour une médaille d’or olympique, votre vie ne devient pas parfaite du jour au lendemain, note-t-il.

« Les gens s’y intéressent une quinzaine de minutes, puis plus personne ne s’en soucie, » dit-il en riant. « Faites-le seulement pour vous. »

Et faites-le parce que vous adorez ça, dit-il.

« Présentez-moi un champion olympique, et je vous montrerai quelqu’un qui adore ce qu’il fait, ou qui aime un aspect de ce qu’il fait, » dit-il

« Sinon, c’est trop d’ouvrage. »

Il sait que la plupart d’entre nous ne seront jamais des athlètes olympiques. L’astuce pour être en santé et en forme toute sa vie durant est d’essayer de nouvelles activités et de nouveaux sports, tout comme il l’a fait. Chacun a un sport de prédilection, dit-il. Il faut juste tomber dessus.

« Si vous n’êtes pas actif, vous n’avez pas trouvé votre passion. »

Images © Bobsleigh Canada Skeleton

Articles similaires

Que pensez-vous?