Comment aider votre fille à développer le goût de l’activité physique

Selon le rapport de 2016 intitulé Le sport féminin : Nourrir toute une vie de participation, si une fille, à l’âge de 10 ans, n’a pas pratiqué de sport, il n’y a que 10 % de chances qu’elle soit active à l’âge adulte. C’est un chiffre plutôt sombre pour les parents qui espèrent que leur fille sera une jeune adulte active une fois qu’elle aura quitté le nid familial.

Toujours selon le même rapport de l’Association canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique (ACAFS), chez les jeunes filles qui pratiquent des sports durant l’enfance, la participation globale aux activités sportives diminue de 22 % à l’adolescence et la participation aux sports scolaires chute de près de 26 %. Les probabilités que ces filles deviennent de jeunes adultes actives sont d’autant plus minces.

Que peut-on faire pour changer cela?

Les études démontrent que les parents qui donnent l’exemple exercent une grande influence sur les habitudes sportives de leur fille. Des spécialistes de l’activité physique chez les filles ont également identifié ce que les parents peuvent faire pour les aider à apprécier l’activité physique. Voici ce qu’ils conseillent.

1. Montrez l’exemple en étant actif.

Plusieurs recherches montrent une forte corrélation entre le niveau d’activité physique des parents et celui de leurs enfants. Cet effet d’entraînement est particulièrement marqué avant l’entrée à l’école de l’enfant et au cours des premières années du primaire, sans compter que les habitudes sportives ont tendance à être maintenues durant l’adolescence si elles sont adoptées tôt. En ce qui concerne l’activité physique chez les filles, certaines études ont fait ressortir l’importance pour les mères (et non pas juste les pères) de montrer l’exemple à leur fille en s’adonnant à des activités physiques même si l’effet est toujours plus fort lorsque les deux parents sont actifs.

2. Cherchez une entraîneure positive.

Si votre fille a la chance d’être entraînée par une modèle positive, elle n’en sera que plus motivée à bouger et à pratiquer son sport. Lorsqu’elles voient des femmes et des filles plus âgées endosser des rôles de leadership et d’entraîneures, les jeunes filles comprennent que le sport et l’activité physique ne sont pas réservés aux garçons, sans compter qu’elles pourraient être tentées d’imiter ces modèles.

3. Regardez les épreuves de sport féminin et célébrez les athlètes féminines.

Un peu comme au point précédent, votre fille pourrait être davantage motivée à pratiquer une activité physique ou un sport si elle voit des femmes compétitionner à un haut niveau, avoir du succès et être reconnues pour ce qu’elles font. Trouvez-vous un moment pour suivre une épreuve de sport féminin avec votre fille, que ce soit dans votre quartier ou encore à la télévision ou en ligne.

4. Aidez votre fille à développer ses mouvements de base.

Les mouvements de base sont les habiletés nécessaires pour pratiquer un sport ou une activité physique comme le coup de pied, la course, le saut, l’attrapé et le lancer. Dans un monde idéal, tous les enfants, garçons et filles, développeraient ces habiletés dès la petite enfance. Si votre fille est capable d’effectuer certains mouvements de base et a acquis la littératie physique, elle se sentira suffisamment en confiance pour essayer de nouveaux sports et activités tout au long de sa vie. Souvenez-vous simplement qu’il faut développer les mouvements de base avant d’introduire les habiletés propres à un sport particulier.

5. Prévoyez un montant à consacrer au sport et à l’activité physique pour votre fille.

L’ACAFS suggère de réserver une certaine somme d’argent pour que votre fille puisse pratiquer des sports et essayer différentes activités physiques. Il s’agit de votre priorité en tant que parent et pour votre famille. Lorsque c’est possible, vous pouvez profiter des programmes de sports communautaires gratuits ou offerts à moindre coût. Au moment de faire votre déclaration de revenus, vérifiez si vous avez droit aux crédits d’impôt pour la condition physique.

6. Encouragez votre fille à pratiquer et à arbitrer des sports et des activités ainsi qu’à jouer le rôle d’entraîneure.

L’ACAFS suggère aussi aux parents d’encourager leur fille à pratiquer différents sports et activités, à devenir entraîneure ou même à arbitrer. En jouant le rôle d’entraîneure ou d’arbitre, votre fille approfondira sa compréhension de son activité ou sport favori, tout en développant ses capacités de leadership et d’organisation.

7. Faites découvrir à votre fille des sports non traditionnels qu’elle est susceptible d’aimer.

Lorsqu’on pense à l’activité physique, des sports de compétition plus traditionnels nous viennent souvent en tête comme le soccer, le basketball, le hockey et le tennis. Cela dit, les sports de compétition ne sont pas pour tout le monde, et il y a un grand nombre d’activités physiques et de sports non traditionnels que votre fille pourrait aimer encore plus. Veillez à ce que votre fille sache que les activités comme le yoga, l’escalade, la danse, la randonnée et la raquette sont toutes des façons tout à fait acceptables et agréables de bouger.

8. Contribuez au PLAISIR que les sports et l’activité physique procurent à votre fille.

Il est bien connu que la raison principale pour laquelle les enfants pratiquent des sports est de s’amuser. Il est aussi bien connu que beaucoup trop d’adultes gâchent le plaisir que tirent leurs enfants d’un sport ou d’une activité en adoptant des comportements inappropriés comme crier ou donner des ordres de la ligne de côté. En tant que parent, vous pouvez encourager votre fille à continuer de bouger en créant un climat axé sur le plaisir et accueillant pour tous.

Les statistiques actuelles sur la pratique du sport chez les filles sont peu encourageantes. Cependant, il y a certaines choses que nous pouvons faire en tant que parents pour améliorer ces chiffres. Grâce aux trucs présentés ici, nous pouvons aider nos filles à tirer des avantages physiques, sociaux et psychologiques de leur pratique du sport et de l’activité physique durant leur enfance et leur adolescence. De plus, en les aidant à développer l’habitude de faire de l’activité physique dès un jeune âge, nous augmentons les chances qu’elles demeurent actives et en santé à l’âge adulte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *