La formule de la confiance

Ce qui distingue la littératie physique, c’est qu’elle ne se borne pas au développement des habiletés motrices fondamentales de l’enfant : elle aspire également à raffermir sa confiance et à lui donner envie de bouger. C’est en rassemblant tous ces ingrédients qu’on le rendra actif pour la vie.

Cette approche s’applique à toutes les activités et à tous les sports, dont le hockey. Votre objectif comme entraîneur au niveau mineur est de former des hockeyeurs « pour la vie »? Alors ces trois piliers doivent être au cœur de votre pratique.

Développer ses habiletés en s’amusant

D’ordinaire, les entraîneurs savent comment développer les habiletés des athlètes; ils peuvent d’ailleurs s’appuyer sur d’excellentes ressources. Or, dans la majorité des cas, ils se concentrent sur cet aspect parce qu’ils restent en terrain familier, et axent par conséquent leurs pratiques sur les exercices.

Mais le plaisir est aussi fondamental. De nos jours, la majorité des entraîneurs comprennent que c’est un élément non négociable lorsqu’on encadre des enfants : si vos protégés s’amusent tout en développant des habiletés qui conviennent à leur âge, chapeau!

Pourtant, on néglige souvent la confiance, un autre ingrédient que les enfants doivent développer. Comment les épauler?

La formule de la confiance

À titre de consultant en psychologie sportive, j’ai souvent dû expliquer comment on peut aider les enfants et les athlètes à développer leur confiance. Et pour qu’on me comprenne bien, j’ai concocté une « formule » :

confiance

 

Par confiance, on entend le « sentiment d’assurance de l’individu qui prend conscience de ses habiletés ou qualités ». Autrement dit, un enfant gagne en confiance en constatant qu’il a su acquérir, pratiquer et renforcer une habileté donnée. Voici maintenant ce que vous devez savoir, en tant qu’entraîneur ou enseignant, pour appliquer cette formule.

Savoir-faire

Pour que l’enfant développe un savoir-faire, vous devez passer de la parole aux actes, c’est-à-dire le faire participer à un processus éducatif dans le cadre duquel vous lui proposez des objectifs convenant à son âge, lui démontrez concrètement comment faire et lui laissez le temps requis pour expérimenter. Tandis que l’enfant pratique, offrez-lui des commentaires brefs, simples et constructifs. Une autre stratégie efficace : posez-lui des questions qui l’aideront à découvrir lui-même comment s’améliorer. Par exemple, demandez-lui comment il peut s’y prendre pour que ses passes demeurent à ras la glace.

Répétitions formatrices

Le but, c’est que l’enfant se livre à des exercices convenant à son âge et à son niveau de compétence qui le pousseront à exécuter à répétition et le mieux possible les gestes attendus. Une façon d’y arriver consiste à mener des exercices collectifs plutôt qu’individuels. De cette façon, personne ne poireaute, et les participants passent plus de temps à bouger qu’à attendre leur tour.

Pour que l’enfant s’améliore, il faut lui offrir des commentaires précis, constructifs et stimulants, et diviser chaque savoir-faire en petits objectifs à atteindre.

Prise de conscience

Dans cette formule, ce qui démultiplie les effets recherchés, c’est la prise de conscience par l’enfant du fait que tout en s’amusant, il a travaillé fort et réussi à s’améliorer. C’est l’ingrédient secret qui fait du progrès une expérience si gratifiante : l’enfant éprouve satisfaction et fierté en récoltant les fruits de ses efforts.

Pour favoriser cette prise de conscience, saluez sa résilience et sa détermination. N’hésitez pas à lui faire remarquer qu’il sourit et s’amuse, et à souligner ses avancées. Dites par exemple : « Quel travail, aujourd’hui : tu t’améliores franchement comme passeur, un vrai Crosby! »

C’est pour la vie

J’ai pratiqué plusieurs sports quand j’étais jeune, mais ce n’est que vers la fin de l’adolescence que j’ai commencé à avoir pleinement confiance en mes capacités. Avant, je me laissais facilement ébranler, et tout dépendait de mes résultats sur le terrain.

Les entraîneurs d’aujourd’hui peuvent servir sans réserve cette recette à leurs athlètes, dès leur plus jeune âge : habiletés, plaisir, confiance. C’est ainsi que nos enfants apprendront à être actifs et voudront le rester pour la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *