L’art de pédaler expliqué aux enfants

On estime que le monde compte deux milliards de vélos.

En fait, il s’agit du mode de transport actif le plus prisé à part la marche, et à juste titre.

Grâce aux nouvelles technologies, vous pouvez maintenant vous déplacer partout et en tout temps. Des enfants roulent même jusqu’à l’école dans la neige.

Et le vélo, c’est plus qu’une façon de bouger : c’est agréable. La capacité de conduire de manière sécuritaire, avec habileté, confiance et plaisir, c’est un cadeau qu’on devrait offrir à tous les enfants.

Par-dessus tout, c’est une activité qui se pratique toute la vie.

L’importance d’être à l’aise

Regardez des enfants filer sur leur vélo : certains oscillent de gauche à droite ou se cognent les genoux contre la poitrine en pédalant, tandis que d’autres se promènent avec aisance, efficacité et assurance.

Ça n’a rien d’inné. Ne croyez pas au mythe du « cycliste naturel ». Ces enfants qui roulent sans problème ont deux grands avantages :

  1. Ils comprennent et maîtrisent l’ABC du pédalage.
  2. Leur vélo est parfaitement ajusté.

Pour avoir l’air à l’aise, il faut se sentir à l’aise. Le vélo est une habileté, et comme pour n’importe quelle habileté, la maîtrise et le plaisir donnent envie de répéter l’expérience. Vous devez donc inculquer à votre enfant des notions de base qui rendront sa pratique plus agréable.

J’ai fait appel à Paulo Saldanha, physiologiste de l’exercice et entraîneur de sports d’endurance, pour présenter le plus clairement possible la bonne technique à adopter. Il a employé une excellente métaphore pour aider parents et enfants à percer le secret du coup de pédale : celle de l’horloge.

Les étapes d’un bon coup de pédale

  1. Expliquez d’abord à votre enfant que tout commence par le pied. La plante de celui-ci, c’est-à-dire la partie renflée entre les orteils et la voûte, doit reposer sur la surface de la pédale, et le pied doit pointer droit devant.

 

Si votre tout-petit ne porte pas de cales (en quel cas ses pieds ne sont pas attachés aux pédales), la suite est vraiment aussi simple qu’un tour d’horloge.

  1. La première phase du coup de pédale commence à 11 h. De là, l’enfant pousse vers l’avant jusqu’à 1 h.
  2. Une fois le pied à 1 h, l’enfant pousse le plus fort possible sur la pédale avec sa jambe, jusqu’à 5 h. C’est cette étape qui génère le plus de puissance.
  3. De 5 h à 7 h, il pointe le pied vers le sol. C’est une bonne habitude à prendre, qui l’aidera à « tirer sur la pédale » quand, plus vieux, il passera aux chaussures pour vélo de route ou de montagne.
  4. À 7 h, il applique une légère pression sur la pédale, tandis que la jambe opposée contribue à la rotation.

L’enseignement

À partir de sept ans, votre enfant peut apprendre ces mouvements élémentaires sans que vous lui serviez une leçon d’anatomie humaine. Demandez-lui de garder un pied au sol et l’autre sur la pédale, puis accompagnez-le d’une étape à l’autre en vous servant de l’analogie de l’horloge :

  • 11 h : Pousse ton pied vers l’avant.
  • 1 h : Pousse-le vers le bas.
  • 5 h : Pointe-le vers le sol.
  • 7 h : Exerce une légère pression sur la pédale pendant qu’elle remonte.

Quand l’enfant a effectué l’exercice avec une jambe, passez à l’autre. S’il semble bien comprendre, demandez-lui de rouler un peu en lui rappelant gentiment ce qu’il doit faire à chaque étape; concentrez-vous pour commencer sur un pied à la fois.

Lorsque vous le sentez à l’aise, vous pouvez lui donner d’autres conseils :

  • Garde le haut du corps droit et plie les bras (les coudes).
  • Reste bien assis : évite de balancer les hanches de gauche à droite.
  • Ne bouge pas pour rien, parce que le mouvement te fait perdre de l’énergie.
  • Visualise les tours d’horloge quand tu pédales.

Le bon ajustement

Une bonne technique de pédalage passe par une bonne extension de la jambe. Au point le plus bas du mouvement, soit à 6 h, le genou doit être légèrement fléchi (à un angle de 25 à 35 degrés). La jambe ne doit être ni trop tendue ni trop pliée. Si votre enfant est un débutant, mieux vaut un siège trop bas que trop haut; il pourra plus facilement descendre du vélo.

Pour que le genou soit fléchi à l’angle voulu, vous devez ajuster le siège à la bonne hauteur. S’il est trop haut, la jambe de votre enfant sera trop droite à 6 h. Le genou ne sera donc pas assez plié et les hanches oscilleront de part et d’autre du vélo lorsqu’il pédalera.

À l’opposé, si le siège est trop bas, le genou sera trop fléchi à 12 h, alors l’enfant ne générera pas beaucoup de puissance.

Par ailleurs, rien de mieux que de se fier à une image ou à une vidéo (version anglaise). Nous avons déniché celle-ci, qui est claire, brève et facile à comprendre. Veuillez noter que nous n’avons aucun lien avec la marque qui l’a créée, et que nous ne la partageons pas à des fins promotionnelles.

Si vous enseignez le pédalage à votre enfant en utilisant l’analogie de l’horloge et l’illustration ci-dessus, il pourra visualiser ce qu’est une bonne technique. Son corps pourra ensuite se familiariser avec les mouvements, et il retiendra plus facilement les éléments techniques si vous les lui rappelez de vive voix.

Félicitations : vous avez appris à un nouveau cycliste comment pédaler! Qu’il roule avec ses amis, se balade dans la nature ou se rende un jour au travail à vélo, cette habileté essentielle lui servira de mille et une façons.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *