Les 10 choses les plus importantes que j’ai apprises durant la première année de mon bébé

Mon fils va avoir un an la semaine prochaine et je ressens un tas d’émotions. De la tristesse, car nous devons dire adieu au stade du bébé, mais aussi beaucoup d’excitation pour ce qui est à venir.

Pendant une année qui a apporté un millier de leçons, petites et grandes, ce 1er anniversaire est l’occasion de réfléchir aux plus importantes qui me suivront bien après qu’il ait soufflé ses bougies.

Alors que nous entrons dans la 2e année de sa vie, je me promets de garder les leçons suivantes en mémoire.

  1. Profiter de l’aide des amis et de la famille. Mon mari et moi-même sommes si chanceux d’avoir un cercle d’amis et une famille aussi fantastiques. À partir du moment où l’équipe médicale a décidé de provoquer la naissance et de mettre mon petit homme au monde, tant de personnes sont venues pour nous donner un coup de main. J’ai appris que quand bien même vous voulez être une super maman, parfois une aide supplémentaire n’est pas de trop. Il m’a fallu beaucoup de temps avant de demander de l’aide, mais ces repas supplémentaires, les heures de gardiennage et les paroles rassurantes pleines de sagesse comptaient beaucoup.
  2. Chaque enfant est différent. Bien qu’étant éducatrice de la petite enfance, il m’était difficile de me souvenir que chaque bébé et chaque enfant sont différents. Lorsque mon petit pleurait pendant des heures, je continuais à penser : le bébé de Susy ne faisait pas ça. Un jour j’ai pris une grande inspiration (j’ai aussi appris à en prendre beaucoup) j’ai commencé à apprendre que mon fils est une personne à part entière et que tout ce que je pouvais faire c’est d’apprendre à le connaitre et à répondre à ses besoins,
  3. Plus de Dr Google. Les nouveaux parents aujourd’hui sont à la fois bénis et maudits d’avoir Internet à leur disposition. 3 heures du matin. Recherche Google pour se renseigner sur les rougeurs de la peau de votre bébé s’avèrera souvent plus néfaste que bénéfique. En l’espace de trois minutes, mon fils se retrouve avec la rougeole, les oreillons et la scarlatine. Je sais à présent quand il faut se rendre chez un professionnel de la santé.
  4. Faire confiance à son instinct. Il y a des millions de livres, des sites Web, la famille et des étrangers qui seront heureux de vous donner des conseils sur la façon d’élever votre tout petit. Mais bien que j’ai été perdue de temps à autre, j’ai découvert que quoiqu’il arrive, mon mari et moi connaissons notre petit homme mieux que quiconque. Et lorsque quelque chose nous dépasse, nous savons à qui nous adresser. Toute autre opinion disparait avec le bruit de fond.
  5. Chaque journée est une nouvelle aventure. Les bébés changent et grandissent si vite en une année. Chaque jour ils vous montrent quelque chose de nouveau, qu’ils apprennent à marcher à quatre pattes ou à dormir lorsque c’est le temps, chaque journée est si nouvelle pour eux et pour vous. J’ai appris que ce n’est pas parce qu’une chose s’est produite hier, qu’elle se reproduira forcément la prochaine fois. J’ai aussi appris, plutôt deux fois qu’une, de suivre le courant.
  6.  Riez plus. Depuis que j’ai senti mon fils bouger dans mon ventre, il adore lorsque je ris. Lorsque nous étions au cinéma ou que mon mari essayait de me faire rire, il se mettait à se tortiller et me donner des coups de pieds. Lorsqu’il était à l’Unité des soins intensifs pour nouveau-nés (USIN), c’est le son de nos rires qui le calmait et qui gardait son oxygène au bon niveau. À voir l’effet de nos rires sur notre fils, mon mari et moi nous rappelons toujours de rire à propos de n’importe quoi. En retard? On en rit! Des haricots verts écrasés sur le tapis? On en rit!
  7. Ce n’est pas une course. Avant de devenir maman, j’ignorais que le rôle de parent est aussi compétitif. Les médias sociaux tiennent une grande place dans nos vies de tous les jours, et la compétition est féroce avec toutes les vidéos, les photos et les comptes-rendus des amis des parents. De temps à autre, en me connectant à Facebook, je me questionnais sur le développement général de mon fils sur le plan physique et émotionnel. Mais j’ai réalisé que peu importe comment on se sent, ce n’est pas une course et il n’y a pas de « ligne d’arrivée ». Puis j’aborde les leçons 2, 3 et 6 afin de me souvenir que chaque enfant se développe individuellement, de faire confiance à mon instinct quant à consulter un professionnel et je ris d’avoir été agacée par une vidéo anonyme de 3 secondes montrant les premiers pas d’un bébé
  8. Il est correct de faire des erreurs. Personne n’est parfait, mais je dois admettre que je pensais que je devais l’être lorsque j’ai ramené mon bébé à la maison. J’étais persuadée que chaque petite erreur aurait des retombées durables sur sa croissance et son développement. Avec l’aide rassurante de mes amis et de ma famille (sans oublier la caféine) j’ai compris que j’allais commettre des erreurs en étant un parent, et c’est correct. Tant que mon fils est heureux et en santé, les petites erreurs sont sans importance.
  9. Lever le pied. Assez difficile avec nos vies de fou, mais j’ai appris à lever le pied et à apprécier chaque moment. Étant un couple avec des fins de semaine chargées, nous avons tenté de revenir à la raison. Nous nous assurons de toujours passer du temps en famille et avec des amis, mais nous gardons du temps libre pour nous. Mon petit homme ne passera par les différents stades qu’une seule fois et je veux en profiter au maximum.
  10. M’aimer plus. La première fois que mon fils m’a gratifiée d’un sourire fendu jusqu’aux oreilles, j’ai réalisé que j’étais le modèle de quelqu’un. Et de savoir que cette nouvelle vie surveillait chacun de mes gestes m’a rappelé de prendre soin de moi-même et de m’aimer plus. Je me suis mise à penser plus à la nourriture que je mange (et à celle que je lui prépare), à la quantité d’activité physique que nous pratiquons dans une journée et à notre santé et bien-être en général. Je me suis toujours souciée d’avoir un mode de vie actif et sain, mais à présent qu’il y a une petite personne dans ma vie qui apprend de mes choix, je me rends compte de l’importance de rester sur la bonne voie.

Cette dernière année, j’ai plus appris sur moi, ma famille et le monde autour de moi que je ne l’aurais cru possible. Et avec les leçons de la première année en poche, je me sens prête pour le prochain chapitre.

C’est parti pour la 2e année, j’ai hâte de découvrir quel atout vous avez dans votre manche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *