Une chose que je veux pour mon fils qui n’est pas encore né : le savoir-faire physique

Une chose que je veux pour mon fils qui n’est pas encore né : le savoir-faire physique

Note de l’éditeur : Jenn a écrit cet article avant la naissance de son fils Danik.

Je ne suis qu’à quelques semaines de la ligne d’arrivée (mais c’est aussi la ligne de départ). Et depuis que mon ventre est assez gros pour que les gens s’enhardissent à me féliciter, la deuxième chose qu’ils me disent invariablement est : « Waouh, que ce bébé va être actif! A-t-il déjà ses skis? Participera-t-il aux Olympiques de 2034? »

Derrière ce trait d’humour se cache le cliché des gènes étant le seul facteur qui détermine si un enfant va être actif ou non.

Les gènes jouent un rôle, mais sérieusement, qui aime cuisiner sans savoir ce qu’est un fouet? Qui aime jouer au piano sans savoir ce qu’est une note?

Il en est de même avec les activités physiques, et c’est pourquoi le concept du savoir-faire physique est quelque chose dont je suis tout à fait consciente. Je crois que c’est la seule façon d’amener chacun à aimer suffisamment le sport pour être actif pour la vie!

Ce que j’ignorais, c’est qu’on peut réellement avoir une incidence sur un nouveau-né.

À l’heure actuelle, je dois reconnaître qu’en jouant la défense lorsque mon fils m’envoie des coups de pied dans le ventre, il semble qu’il va vraisemblablement venir au monde avec les aptitudes de Lionel Messi.

Mais ce n’est franchement pas le cas. Je sais maintenant que nous pouvons faire beaucoup de choses pour aider les nouveau-nés à développer de simples coordinations motrices dès le départ pour développer la base pour tout le reste. C’est aussi simple que de veiller à  ce que les nouveau-nés passent plein de temps supervisé sur le bedon.

Je suis sûre que ce que j’espère pour mon fils n’est en rien différent de ce que veulent les autres parents.

La santé est bien entendu ce qui se trouve en haut de la liste. Mais connectée à la santé est la notion de liberté parce que j’ai personnellement joui de la liberté en étant physiquement active.

D’autant que je me souvienne, lorsque j’étais enfant et que j’apprenais le mouvement de la batte de baseball, que j’allais à mes leçons de claquettes ou que je dévalais des bosses — j’étais le plus en paix lorsque j’étais enchantée par l’instant de l’activité physique quand mon corps explorait l’espace.

Le sport et l’activité physique ont toujours fait partie de ma vie. J’espère que mon fils trouvera le même bonheur que moi en étant physiquement actif. Je sais qu’en tant que parent nous jouons un rôle important en nous assurant qu’ils aient une expérience positive dans l’activité physique et le sport.

J’ai hâte de jouer avec lui et de l’inspirer à développer ces habiletés fondamentales à travers divers jeux et de simples activités quotidiennes que nous pouvons trouver à Actif pour la vie.

Et pour répondre aux questions fréquentes que l’on me pose au sujet du tout petit…

J’espère bien qu’il aimera le ski. Mais surtout, je veux qu’il ait les habiletés de base pour apprécier le sport et être actif.

Et pour en revenir aux Olympiques, je dirais qu’en tant que parent, je ne peux qu’espérer que mes enfants trouveront leur propre passion.

Bienvenue Danik!

Le 27 mai 2013, Jenn a donné naissance à un garçon, Danik. Il est arrivé un peu au-dessus de sept livres et après une semaine, il commence déjà à pratiquer sa rotation vers la gauche.

Félicitation Jenn, de tous tes amis à Actif pour la Vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.