8 façons d’empêcher votre fille de dire « Je suis nulle en sport »

Pour ce qui est des filles et du sport, il y a beaucoup à célébrer. Mais la triste réalité d’un grand nombre de jeunes filles qui grandissent en pensant qu’elles sont nulles en sports persiste malheureusement. Feuilletez n’importe quel livre d’activités ou de collants destiné aux filles et vous pourrez constater que la liste de ce qu’elles sont sensées aimer est très réduite par rapport à la liste des activités physiques que l’on peut trouver dans la version pour les garçons.

J’ai remarqué qu’à partir d’un certain âge les filles commencent à dire « Je suis nulle en sport » parce que c’est l’équivalent de dire « je suis aussi féminine que la carriole aux coussins roses dans laquelle je me suis promenée ».

Bon, je ne suis peut-être pas une maman sportive, mais je ne veux malgré tout pas entendre mes enfants dire qu’ils sont nuls en quoi que ce soit; et surtout pas à quelque chose qui a un impact aussi énorme sur leur santé, leur bonheur et leur succès.

En tant que parent, je crois qu’il y a des choses que nous pouvons faire pour que nos enfants aient un sentiment positif sur le fait d’être actifs ou de pratiquer un sport qu’ils aiment, quel que soit le message que la société ou leurs pairs leur envoient.

Malgré tout, voici quelques réflexions quant à la manière d’essayer d’élever des filles qui n’auront pas besoin de dire, « Je suis nulle en sport » :

  1. Donnez l’exemple en transpirant. Peu importe les influences extérieures, nous sommes le facteur décisif des valeurs que nos filles auront et du regard qu’elles porteront sur elles-mêmes. Démontrez-leur qu’il est correct d’être active, de suer, d’être décoiffée et d’abîmer son maquillage et que c’est amusant et bon.
  2. Prêtez attention à ses amis. Essayez de l’exposer à un grand nombre de types d’enfants, avec divers degrés d’aptitudes et de champs d’intérêt. La similarité engendre la similarité. En passant du temps avec des gens qui apportent d’autres perspectives et expériences, le monde s’épanouit. Il est difficile d’agir d’une façon lorsque tant de gens autour ont leurs propres façons.
  3. Bâtissez son estime de soi. Nous voulons tous que nos filles se sentent bien dans leur peau, mais parfois on consume sans le vouloir leur estime de soi en bousculant les choses ou dans le but de prévenir des erreurs. Encouragez-la lorsqu’elle exprime son individualité. Laissez-la choisir ses vêtements, même s’ils ne sont pas assortis. Apprenez-lui à faire des choses elle-même. Cela rendra les choses plus difficiles à court terme, mais elle se sentira incroyablement bien parce que vous lui aurez fait confiance. Ainsi, elle ne prendra pas l’habitude de toujours se tourner vers les autres pour prendre des décisions et ne se sentira pas incompétente.
  4. Travaillez sur ses habiletés motrices. Faites-lui comprendre que vous croyez qu’être en mesure de bouger avec confiance est l’un des plus beaux traits féminins qui soient. Et ce qui est formidable avec les habiletés motrices, c’est qu’il n’y a pas de catégorie par genre. Le savoir-faire physique est tout aussi bon pour les garçons que pour les filles; aussi neutre sur le plan du genre que la couleur jaune.
  5. Faites la bouger et avoir du succès en bougeant le plus tôt possible. Elle se sentira si bien par rapport à ce qu’elle peut faire qu’elle sera capable de se débarrasser de son discours sur son incapacité à être sportive. Cela ne signifie nullement de l’inscrire à des cours de sport lorsqu’elle est toute petite; c’est seulement passer 15 minutes par jour sur des activités amusantes adéquates à son niveau d’habiletés.
  6. Concentrez-vous sur des choix sains pour un corps sain. Ne mentionnez jamais l’image corporelle ou le mot régime (le vôtre ou le sien). Dites-lui ce que son corps peut faire plutôt que ce dont il a l’air.
  7. Discutez avec votre fille des messages qui lui parviennent. De manière appropriée à son âge, aidez-la à s’interroger sur le statu quo. Veillez à ce qu’elle sache qu’elle peut aimer la mode et le football, ça ne la rend pas moins féminine, aimable ou cool.
  8. Votez avec vos dollars. Soutenez les produits et les magasins qui indiquent clairement qu’ils croient que le sport, la science, les maths, les poupées, les déguisements, les bricolages et tout le reste dans ce monde formidable dans lequel nous vivons, s’adressent à tout le monde.

D’autres idées pour aider nos filles à penser qu’elles ne sont pas seulement vouées aux tutus et aux justaucorps? (bien qu’il n’y ait rien à reprocher aux tutus et aux justaucorps, n’est-ce pas?) J’adorerais les entendre!

2 responses to “8 façons d’empêcher votre fille de dire « Je suis nulle en sport »

  1. Conseiller à son «entraîneur» ou son père (ET sa mère si elle est une ancienne sportive élite) de lire un livre de Anson Dorrance, l’entraîneur des filles de soccer de l’équipe USA et UNC.

    Les filles selon mon expérience (avec des filles de 12-17 ans) adorent la compétition, mais pas de la même façon que les garçons. Anson Dorrance aide de façon concrète avec des trucs qui fonctionnent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *