Des parents qui hurlent dans les gradins? Voilà ce que vous pouvez faire

Le programme émanant de l’organisme « Respect in Sport » qui s’adresse aux parents responsabilise les parents-spectateurs à agir afin de réduire les insultes dans les gradins.

Les programmes d’apprentissage électronique de « Respect in Sport » ont éduqué des milliers d’entraineurs et de parents à travers tout le Canada à bien se comporter à la patinoire et sur les terrains de sports. Le programme pour les parents est surtout important parce qu’il aborde les problèmes de comportements qui peuvent mener à des injures et même à de la violence de la part des spectateurs.

Les organismes sportifs doivent gérer un grand nombre de parents indisciplinés et irrespectueux dit Wayne Mc Neil, l’un des fondateurs de Respect Group. « Ces parents ont un effet négatif sur l’équipe, les autres parents et même sur leurs propres enfants. »

Beaucoup d’entre eux soutiennent que chaque organisme sportif au Canada devrait présenter le cours aux parents.

Mc Neil a cofondé le groupe avec le joueur de hockey canadien de la LNH Sheldon Kennedy. En 1997, Kennedy a révélé que son entraineur de hockey Graham James l’avait sexuellement agressé alors qu’il était un jeune joueur. (Theo Fleury ancien des Flames de Calgary a aussi admis en 2009 avoir été une victime de Graham James.)

James a finalement été condamné et a passé du temps derrière les barreaux, mais cette expérience a rendu Kennedy déterminé à aider et à protéger d’autres enfants d’une quelconque forme d’abus dans le sport.

Lui et Mc Neil ont donc commencé à créer des cours en ligne pour éduquer les entraineurs, les parents et les enseignants à prévenir les abus et à faire preuve d’un comportement respectueux.

« Nous avons organisé un Symposium des entraineurs en 2007 auquel près de 250 entraineurs ont participé », raconte McNeil. « Le message quasiment unanime qui nous a été adressé était de développer un programme pour les parents en utilisant la même plateforme en ligne. » Les entraineurs ont dit à Kennedy et à McNeil que les parents avaient besoin d’être éduqués parce qu’ils étaient en grande partie responsables du fait que les enfants lâchent le sport. Ils avaient aussi un impact négatif sur les entraineurs, les arbitres et les officiels. « Nous avons élaboré le programme et avons voulu croire que ce ne serait pas un casse-tête », dit Mc Neil. Mais il a fallu trois ans pour qu’un organisme déclare : Vous savez quoi? Nous allons l’inclure, le mandater et nous allons nous y tenir. Ça, c’était Hockey Calgary. »

Le programme pour les parents est un cours d’apprentissage en ligne qui prend entre 30 et 60 minutes. Il enseigne aux parents la communication positive et efficace et établit des normes pour un comportement respectueux que nous aimerions tous voir appliqué des lignes de touche lors des événements sportifs de nos enfants.

Le programme peut être distribué de deux façons. Les organismes sportifs peuvent payer à tous leurs parents l’ensemble des cours; dans ce cas ils peuvent se connecter et terminer le cours avec un code fourni par le club.

Ou bien, les parents peuvent se connecter individuellement et payer avec leur carte de crédit.

Depuis que « Respect in Sport » a commencé à offrir le programme aux parents, McNeil a entendu parler d’instances où un parent a carrément provoqué de façon ludique un autre parent irrespectueux dans les gradins. « Hé, je n’ai pas vu ce comportement préconisé dans le programme qui s’adresse aux parents référant au respect dans le sport! » Et les deux parents ont alors partagé un bon fou rire et l’offenseur a gardé le profil bas.

« Au lieu de confronter un autre parent en étant irrité, les parents utilisent le programme en guise de protection », dit McNeil. Cela donne aux gens un langage commun afin qu’ils puissent parler aux autres parents en évitant les conflits.

L’une des leçons qui portent le plus ses fruits du programme parental est le programme de la règle des 24 heures.

« Plutôt que de vous énerver contre quelque chose que votre enfant, l’entraineur, ou l’arbitre a fait, restez calme et oubliez tout pendant 24 heures, » déclare McNeil. Si 24 heures après, vous êtes toujours frustré, alors ça vaut peut-être la peine d’en parler. Mais 90 % des incidents n’en valent pas la peine.

Kennedy et McNeil conçoivent que des gens sensés peuvent virer fous lors d’un événement sportif.

Lorsque les émotions prennent le dessus pendant une partie, on peut dire et faire des choses qu’on ne ferait jamais chez le médecin, une réunion scolaire ou au travail, dit McNeil. « Mais dans un environnement sportif, oui, et on le regrettera plus tard. Alors si vous pouvez prendre l’habitude d’attendre 24 heures, peut-être éviterez-vous de plonger dans l’embarras ou d’embarrasser votre enfant. »

Les parents et les clubs sportifs peuvent en apprendre davantage sur le « Respect Group » et leur programme en ligne en consultant leur site Web. Des informations précises sur le programme pour les parents référant au respect dans le sport peuvent être trouvées sur la page du programme pour les parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *