Tiffany Leung breakdances on stage.

Conseils d’une olympienne : Laissez votre enfant essayer plein de sports – l’un d’entre eux pourrait l’amener aux Jeux olympiques!

Enfant, Tiffany Leung rêvait souvent d’aller aux Jeux olympiques. Elle était, selon ses propres dires, « obsédée » par la gymnastique. 

Même après qu’elle a arrêté ce sport à 13 ans, après l’avoir pratiqué pendant 10 ans, elle est demeurée active. Piano, tennis, violon, basketball, kung-fu, rugby, danse… elle était toujours en mouvement. Elle se rappelle qu’elle passait beaucoup de temps dans la cour d’école et devait souvent rentrer à la course car elle était toujours en retard pour ses cours!

Au secondaire, Tiffany s’est jointe à un club de danse, pour le plaisir, et a fait de même à l’université, s’inscrivant dans un groupe de danse lors de la semaine d’orientation à l’Université Queens, en 2013. Dès la première séance, une jeune femme a fait un jeu de pieds qu’elle n’avait jamais vu. C’était là son baptême du breaking (une forme de danse que l’on appelait avant le breakdancing). 

Tiffany a eu « un vrai coup de foudre », et son parcours dans cette discipline a dès lors commencé.  

Elle raconte que le breaking lui procure « les mêmes sensations que la gymnastique à l’époque. Puis-je sauter encore plus haut? Faire plus de sauts périlleux? On commence par apprendre une habileté, puis on essaie de la perfectionner et d’y ajouter des éléments. Cette progression est vraiment satisfaisante. »

Tiffany, connue aussi sous son nom de breakeuse B-Girl Tiff, a tellement progressé qu’elle représentera le Canada aux Jeux olympiques de Paris 2024.  

Eh oui! Le breaking fera son entrée aux olympiques cet été, y amenant une bonne dose de dynamisme et d’enthousiasme. C’est une discipline vive et explosive, pleine d’énergie et de style, qui combine habiletés sportives et talent artistique. Vous découvrirez l’incroyable créativité d’athlètes extraordinaires qui se battront pour l’or. 

Qu’est-ce que le breaking et comment se déroulent les compétitions?

Le breaking est une discipline ou les concurrents, les B-Girls et les B-Boys, enchaînent des mouvements de danse de manière créative. Les participants et participantes s’affrontent dans des « batailles » à un contre un. Il y a une compétition masculine et une compétition féminine. 

Chaque athlète a 60 secondes pour impressionner les juges avec ses mouvements et son style, le tout au son d’une musique qu’un DJ choisit sur le moment. Les jugent accordent des notes selon les critères suivants : créativité, personnalité, variété, performance et musicalité. 

Les mouvements du breaking

Les plupart des mouvements font partie de l’une des catégories suivantes :

Préparation
Il s’agit de mouvements que les athlètes exécutent au début de leur routine, alors qu’ils sont encore debout. Il y en a des tonnes, par exemple le front step, le pas croisé, le hustle, le tire-bouchon et le boxstep. Est-ce que votre enfant peut exécuter ces mouvements de préparation? Et vous?

Passepasses 
Les passepasses (ou le jeu de pieds) sont un enchaînement de mouvements des jambes effectués par la breakeuse ou le breakeur, qui se trouve en appui sur des mains. Parmi ces mouvements, il y a le pas de six, le pas de trois, le shuffle, le crochet et le CC.

Pauses 
C’est là où les athlètes font étalage de leur équilibre, de leur force et de leur flexibilité extraordinaires. Il s’agit des quelques secondes où l’on adopte une position ou une forme en étant complètement immobile. Il y a des pauses vraiment originales, comme le lové, le air freeze, le drapeau, la chaise et le vélo. 

Phases fortes (power moves)
Il s’agit de figures dynamiques et acrobatiques ou les athlètes sont des rotations continues en étant en appui sur une ou plusieurs parties de leur corps. Le nombre et le type de mouvements sont pratiquement infinis, puisqu’on peut s’appuyer sur le dos, les coudes, les genoux et la tête dans toutes sortes de positions et dans toutes les directions. Il y a notamment la coupole, le thomas, l’OVNI, le fouet, le gremlin, le grillon, la tortue et la couronne. 

Chaque breakeur et breakeuse a son propre style et exprime sa créativité à sa manière. Pour tenter de se démarquer et d’impressionner les juges et la foule, les athlètes enchaînent les mouvements de toutes les catégories.

Les conseils de Tiffany pour les parents et les enfants

  • Ratissez large et laissez votre enfant trouver ce qui le ou la passionne, puis tentez de l’aider à cultiver cette passion. « J’ai été chanceuse, mes parents m’ont laissée essayer tout ce que je voulais. J’ai ensuite poursuivi dans ce qui me passionnait », explique-t-elle.
  • Piquez la curiosité de votre enfant en l’amenant voir plusieurs sports et activités (encore mieux si un ami l’accompagne).
  • Si votre enfant veut abandonner un sport, c’est peut-être pour une raison qui n’a rien à voir avec l’activité (ex. : une dispute avec un ami à l’entraînement). Tâchez de savoir exactement ce qui se passe, puis aidez votre enfant à faire son choix. Peut-être veut-il quitter un sport qui, en réalité, le passionne. 
  • Parfois, votre enfant découvrira un sport ou une activité qui a des points en commun avec ce qu’il aime déjà. Gardez les yeux ouverts : ce sera peut-être une activité que votre enfant aimera encore plus! « Le breaking, par exemple, ressemble à bien des égards à la gymnastique, que j’adorais », souligne Tiffany. 

Tiffany est convaincue que la présence du breaking aux Jeux olympiques sera « un événement spécial qui inspirera la prochaine génération. Si j’avais vu du breaking aux Jeux il y a 10 ans, j’aurais commencé beaucoup plus tôt. »

Les épreuves olympiques de breaking se dérouleront les 9 et 10 août. Vous voulez essayer le breaking à la maison? Consultez cette excellente ressource

Photo de Tiffany Leung : Candice Ward/Comité olympique canadien


Lire d’autres histoires d’olympiennes et d’olympiens :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *