Un cours en ligne pour favoriser la persévérance sportive chez les filles

Saviez-vous qu’à l’âge de 14 ans, les filles sont environ deux fois plus nombreuses que les garçons à avoir abandonné le sport? Qu’à âge et développement égaux, elles sont de trois à six fois plus susceptibles que les garçons de souffrir d’une blessure au LCA non causée par un choc? Et que la principale raison pour laquelle les filles pratiquent des sports, c’est pour tisser des liens et être acceptées?

Ce ne sont que quelques-uns des faits que présente le nouveau programme de formation en ligne pour les entraîneurs Gardons les filles dans le sport. Ce cours d’une importance cruciale informe les entraîneurs et les animateurs d’activités des défis que rencontrent les filles qui font du sport et de l’activité physique. Ils y apprendront aussi à organiser des programmes de qualité auxquels les filles prendront plaisir à participer.

Si vous faites partie d’un organisme sportif offrant des programmes aux filles, invitez vos entraîneurs à suivre cette formation. Et si vous avez une fille qui fait du sport, demandez à son club ou son association si ses responsables ont suivi cette formation.

Connaissances et expertise

L’Œuvre Bon départ de Canadian Tire a conçu Gardons les filles dans le sport en partenariat avec l’Association canadienne des entraîneurs et l’Association canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique expressément pour renverser cette tendance. Le programme permet aux organismes, entraîneurs et animateurs d’activités qui dirigent ou encadrent des filles de comprendre les défis qu’elles rencontrent dans le sport et l’activité physique. Il leur fournit aussi des solutions et des renseignements pratiques pour créer des programmes qui favoriseront l’engagement des filles.

Se fondant principalement sur l’expertise de Vicki Harber, Ph. D. et professeur émérite du département d’éducation physique et de loisirs de l’Université de l’Alberta, le cours présente d’abord les facteurs de motivation, les obstacles et les besoins en matière d’entraînement propres aux athlètes féminines dès leur plus jeune âge. S’appuyant sur la recherche, la formation traite de toutes les facettes du bien-être de l’athlète – physique, mental, social et cognitif – et explique pourquoi certaines filles abandonnent le sport, et pourquoi d’autres ne s’y intéresseront jamais.

Les filles se blessent

L’une des sections les plus importantes du cours porte sur les différents types de blessures que subissent les filles qui font du sport et de l’activité physique. Ce sujet est plus complexe que ce à quoi s’attendent la plupart des parents et des entraîneurs.

Il y a trois grands types de blessures dont souffrent les filles : mécaniques, énergétiques et relationnelles.

  1. Blessures mécaniques
    Il s’agit des blessures physiques aux muscles, aux ligaments et aux os. Elles découlent généralement d’accidents, de chocs, du surmenage ou d’une mauvaise exécution technique. La plupart des entraîneurs comprennent la problématique de base, et plusieurs savent aussi comment atténuer le risque de blessures dans une certaine mesure.
  2. Blessures énergétiques
    Les entraîneurs et les parents connaissent moins bien les blessures énergétiques. Elles découlent d’un apport calorique ne suffisant pas à combler les besoins énergétiques associés à l’entraînement ou à la compétition et, dans certains cas, au fonctionnement fondamental du corps. De telles carences entraînent à court terme un risque élevé de troubles de l’alimentation, et à plus long terme, de perte de densité osseuse, de fractures osseuses et d’ostéoporose précoce. Si plusieurs raisons expliquent pourquoi certaines jeunes athlètes féminines ne mangent pas assez, les plus communes ont trait aux pressions sociales quant à l’image corporelle et à la peur de « grossir ».
  3. Blessures relationnelles
    Les blessures relationnelles sont encore moins flagrantes, pourtant elles poussent bien des filles à abandonner le sport. Elles se produisent quand les filles ne se sentent pas importantes ou acceptées, ou quand elles n’ont pas l’occasion de développer des habiletés et de tisser des liens. Une relation négative avec les entraîneurs ou un abus de confiance peut aussi créer une telle blessure.

Réflexions éclairées et solutions pratiques

Tout au long du programme, les entraîneurs et les animateurs sont invités à faire le point sur leurs attitudes et leurs connaissances à l’égard de l’encadrement d’athlètes féminines. Puis, ils reçoivent des conseils pratiques pour créer des programmes de qualité qui favoriseront l’engagement à long terme des filles dans le sport et l’activité physique.

Plateforme fiable d’apprentissage interactif en ligne

Gardons les filles dans le sport s’appuie sur une plateforme fiable d’apprentissage en ligne créée par Respect et sport, un chef de file national de la formation en ligne pour les entraîneurs et les parents d’athlètes. La formation ne dure que 90 minutes, et les participants peuvent compléter les quatre modules sur plusieurs jours ou semaines, par plages de cinq à dix minutes. Même pour les personnes les plus occupées, le processus n’a rien de lourd ou de difficile.

Avec son contenu riche et sa conception pédagogique intelligente, Gardons les filles dans le sport constitue un important ajout au monde de l’entraînement et du leadership sportif. Les organismes sportifs offrant des programmes pour les filles devraient inviter leurs entraîneurs à suivre le cours, et les parents de filles devraient demander à leurs clubs et associations d’appliquer la formation. Cette initiative est cruciale pour la santé et le bien-être des jeunes athlètes féminines et participantes de partout au Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *