Que peuvent apprendre les organisations sportives des compagnies de jeux électroniques et du e-sport

J’adore jouer à des sports, mais j’aime aussi les jeux vidéo. Il m’est arrivé quelque chose d’intéressant la dernière fois que j’ai joué à un jeu vidéo en ligne. Après quelques rondes, le jeu en question m’a demandé si j’aimais mon expérience. Les créateurs voulaient connaître mon opinion. En fait, les créateurs de jeux vidéo sont reconnus pour prendre en considération l’opinion de leurs joueurs et faire des modifications à leurs jeux afin d’améliorer l’expérience. 

Ainsi, les joueurs se sentent écoutés et appréciés. 

C’est donc facile de voir pourquoi les enfants adorent jouer aux jeux vidéo et que certains préfèrent ceux-ci plus que les sports traditionnels. 

Il y a même une école à Sherbrooke, le Collège du Mont-Sainte-Anne, qui a décidé d’offrir un programme de concentration scolaire en sport électronique en 2019. Les entreprises de jeux vidéo sont toujours conscientes de ce que les gens veulent et apportent régulièrement des changements pour s’adapter aux désirs de leurs utilisateurs. 

Cela dit, que peuvent apprendre les organisations sportives des compagnies de jeux électroniques et du e-sport

En examinant ce que ces entreprises accomplissent avec succès et en le comparant au monde du sport amateur, nous pourrons peut-être proposer et inspirer des changements prometteurs qui pourraient intéresser les enfants et leur donner envie d’être plus actifs.

Un abonnement, plusieurs options

Le monde des jeux électroniques a vraiment évolué ces dernières années. Maintenant, les joueurs de jeux vidéo ont accès à des centaines de jeux avec un abonnement mensuel à Xbox Game Pass ou PS Now. En s’abonnant, ils peuvent jouer à autant de jeux qu’ils veulent. 

En ce moment au Canada, il y a certaines communautés qui offrent des programmes multisports où les enfants à jeune âge peuvent participer à une dizaine de sports pendant une année. Sportball et le programme Multisport d’Antigonish sont des exemples d’organisations et de communautés qui offrent de la programmation multisport. Les familles peuvent inscrire leurs enfants à un seul endroit et avoir accès à une variété de sports et d’activités physiques. Ensuite, les enfants peuvent décider lequel des sports ils préfèrent. 

Une possibilité d’avenir : 

  • Si nous poussons l’idée précédente plus loin, les organisations sportives telles que le hockey, le soccer, le basketball, etc. pourraient s’amalgamer et créer un mégaclub. Un tel club pourrait garantir que les saisons seraient respectées (p. ex., le hockey pendant l’hiver, le soccer pendant l’été). Mais surtout, ils offriraient aux enfants, la diversité d’activités qu’ils préfèrent.

L’aspect social et le sentiment d’appartenance des jeux vidéo

Un autre avantage de jouer aux jeux vidéo est d’être capable de jouer en ligne. Peu importe l’heure, il y a toujours des joueurs prêts à jouer. 

De plus, tu joues avec des personnes de différentes habiletés. Donc, parfois tu gagnes et d’autres fois tu perds. Mais, lorsque tu perds contre quelqu’un de meilleur, tu apprends et tu t’améliores. 

Une solution possible : 

  • Les organisations sportives pourraient organiser des sessions à la carte où les joueurs inexpérimentés jouent avec des joueurs expérimentés. Cette façon de faire est déjà utilisée par les programmes d’intramuros dans les écoles.
  • Les équipes peuvent être mélangées après une dizaine de minutes semblable aux jeux en ligne. Donc, à l’intérieur d’une session, les athlètes ont joué plusieurs matchs avec une variété de personnes de leur club. 

La liberté de choisir et le contrôle de l’expérience

Un autre aspect qui attire les jeunes à jouer à des jeux vidéo est la liberté de choisir. Les joueurs peuvent choisir quand commencer et quand terminer. Ils peuvent choisir de jouer à un jeu pendant une heure, deux heures, une semaine, un mois ou une année. Ils peuvent décider de jouer à deux ou trois jeux dans une même soirée. 

De plus, à l’intérieur d’un même jeu, les joueurs peuvent choisir la façon dont ils désirent (p. ex., mode histoire, seul contre les autres joueurs, en équipe, capturer le drapeau).

Des solutions possibles : 

  • C’est peut-être le temps aux clubs sportifs de trouver une façon d’offrir des choix. Les organisations sportives pourraient offrir des stations pendant les séances d’entraînement. De plus, les joueurs pourraient choisir le format (p. ex., trois contre trois, quatre contre quatre, cinq contre cinq).
  • Au lieu de pratiquer avec leur équipe, les joueurs pourraient choisir l’habileté à améliorer pendant la séance d’entraînement.
  • Si une joueuse veut améliorer ses compétences de passes, elle peut se joindre au groupe qui travaille les techniques de passe. 
  • Si un joueur veut améliorer ses habiletés à dribbler un ballon, il peut se joindre au groupe approprié. 

C’est certain que les organisations sportives peuvent apprendre des entreprises de jeux électroniques. Selon Olivier Audet, le directeur général du Collège du Mont-Sainte-Anne, il pense que « le plus grand défi des organisations sportives sera d’accepter de changer de culture et que ce changement doit également passer par une nouvelle façon de trouver des revenus nécessaires » 

L’idée ici n’est pas de faire d’immenses changements, mais plutôt de faire de petits changements en écoutant les joueurs et en suivant l’exemple d’un monde où les enfants sont engagés et intéressés. 

Ainsi, le monde du sport pourrait réussir à attirer davantage de jeunes joueurs dans des jeux actifs. 

Qu’en pensez-vous? Comment les organisations sportives pourraient-elles améliorer leur programmation? Si vous pouviez donner votre avis aux organisations sportives sur la façon d’impliquer vos enfants, que diriez-vous?


En savoir plus :

Plan réaliste pour le temps passé devant l’écran pendant l’été

Les avantages de pratiquer plusieurs sports en étant jeune

19 idées simples pour élever des enfants qui aiment être actifs

Enfants actifs : une recette pour insuffler durablement l’envie de bouger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *