Treize façons d’amener votre enfant à aimer le sport

Treize façons d’amener votre enfant à aimer le sport

Au primaire, j’ai eu une confrontation avec mon professeur d’éducation physique. 

Il n’était pas question que j’essaie le saut en hauteur… Des plans pour me blesser, à mon avis. Finalement, à force d’encouragements et avec la promesse qu’on serait là pour moi s’il arrivait quelque chose, j’ai accepté de tenter le coup. Et contrairement aux choux de Bruxelles, qu’on m’avait aussi fait essayer, le saut en hauteur m’a beaucoup plu.

C’est une histoire que bien des parents vivront. En effet, beaucoup d’enfants hésitent à essayer un nouveau sport. 

L’important, pour commencer, c’est de savoir pourquoi. Qu’est-ce qui les empêche de se lancer?

Savoir ce qui empêche votre enfant d’essayer une nouvelle discipline

Discutez avec votre enfant pour lui donner la chance d’expliquer d’où lui vient son hésitation. Voici quelques raisons possibles : 

  1. Il a peur de ne pas être bon parce qu’il ne connaît pas bien le sport en question.
  2. Il craint de se blesser.
  3. Il croit que son corps ne convient pas à ce sport (trop petit pour jouer au basketball ou pas assez fort pour frapper la balle au baseball).
  4. Il est intimidé par la taille du groupe ou timide de nature.
  5. Il a peur de décevoir les autres s’il n’est « pas assez bon » ou fait des erreurs. 
  6. C’est un perfectionniste qui craint de se tromper.

Que pouvez-vous faire pour aider votre enfant à surmonter ses craintes ou ses réserves?

Quoi faire pour aider son enfant à oser

Ce ne sont pas tous les enfants qui meurent d’envie d’essayer de nouveaux sports. Si toutefois vous prenez le temps de comprendre pourquoi votre enfant refuse une activité et de le rassurer, il se sentira plus à l’aise de faire ses premiers pas sur le terrain.

  1. Pratiquez le sport ensemble, dans la cour ou au parc. Au début, réduisez le sport à sa plus simple expression pour que votre enfant puisse facilement comprendre les règles et exécuter les mouvements.Puis, relevez peu à peu le niveau.
  2. Plus il reçoit de renforcement positif, se pratique à l’extérieur du jeu et s’amuse avec une personne de confiance, plus il se sentira bien et enthousiaste à l’idée de jouer. 
  3. Amenez votre enfant voir une équipe d’enfants ou de professionnels ou regardez une partie à la télévision pour piquer son intérêt.
  4. Quand il aura commencé à maîtriser le sport, invitez des amis ou des proches parents qu’il connaît bien pour qu’ils puissent jouer sans compétition.
  5. Rappelez à votre enfant toutes les autres difficultés qu’il a déjà surmontées. Il a peut-être escaladé un mur au parc, appris à se promener à bicyclette ou plongé sa tête sous l’eau. Ce sont tous des exemples de son courage.
  6. Offrez-vous pour coacher l’équipe de votre enfant quand il aura commencé à jouer. Votre présence sur les lieux pourrait le rassurer et le motiver à participer plus activement.
  7. Faites ressortir des choses précises que votre enfant a faites pendant la partie pour l’encourager : « J’ai aimé la façon dont tu as aidé tes camarades en gardant ta bonne humeur. », « Tu as botté le ballon très loin aujourd’hui. », « Tu allais super vite! »
  8. Faites-lui découvrir toutes les options qui s’offrent à lui. Si votre enfant ne raffole pas des activités de groupe (ça arrive!), un sport individuel, comme la natation, la danse ou le tennis, pourrait mieux lui convenir. Encore là, ça vaut amplement la peine de l’aider à se préparer avant qu’il se joigne à un club (le cas échéant).
  9. Rappelez-lui que même les meilleurs athlètes ignoraient tout de leur sport avant de commencer. Certains n’étaient pas très bons au début. Vous pouvez lui montrer des vidéos de Michael Jordan, qui n’a pas été recruté par l’équipe de basketball de son école, mais qui a travaillé fort pour devenir l’un des meilleurs joueurs de tous les temps. Ou parlez-lui de Lionel Messi, qui a été retranché de son équipe de soccer quand il avait 11 ans parce qu’on le trouvait trop petit.
  10. Dites-lui que tout le monde fait des erreurs et que s’il en fait, ce n’est pas grave; il peut toujours réessayer. Vous pouvez même lui raconter vos propres erreurs du passé. Nous en avons tous fait quelques-unes (ou beaucoup!).
  11. Soulignez les progrès. Si votre enfant aime la perfection, concentrez-vous sur quelques habiletés qu’il peut maîtriser au lieu d’essayer d’être le meilleur dans tous les aspects du jeu.
  12. Rappelez-lui que vous êtes fier de lui, peu importe l’issue de la partie. 
  13. Répétez que chaque membre de l’équipe a un rôle à jouer. Même si un des membres marque beaucoup de buts ou frappe des coups de circuit, les autres l’aident en lui passant le ballon, la balle ou la rondelle, en empêchant l’équipe adverse de compter ou par leur attitude positive et leurs encouragements.

Ce ne sont pas tous les enfants qui meurent d’envie d’essayer de nouveaux sports. Si toutefois vous prenez le temps de comprendre pourquoi votre enfant refuse une activité et de le rassurer, il se sentira plus à l’aise de faire ses premiers pas sur le terrain.


Pour en savoir plus sur les façons de donner le goût de l’activité physique à votre enfant, lisez :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.