Le jouet préféré de mes enfants? Un vieux baril en plastique. Vraiment.

Nous avons tellement de jouets et d’équipements dans notre cour—un filet de hockey et des bâtons, des balles et des jouets gonflables, un jeu modulaire, une tente et plus encore— mais un vieux baril en plastique sale est en fait le jouet préféré de mes enfants.

Depuis dix ans : une décennie entière!

Depuis dix ans, ce tonneau est dans le jardin. J’ai essayé de le mettre dans mon coffre et de l’emmener en secret au centre de recyclage. Mais chaque fois, les enfants me supplient de ne pas le leur enlever.

« Mais nous l’aimons! Ne prenez pas notre baril! » disent-ils, étendus sur son dessus recouvert de terre et d’herbe.

Je ne me souviens même pas où ni pourquoi j’ai obtenu le baril. Peut-être qu’il était supposé aller sous les gouttières pour que je n’aie pas à sortir le tuyau pour arroser mon jardin de légumes? Peut-être qu’il était là pour soutenir une planche de bois comme table de fortune?

Quelle que soit la raison de son achat original, mon fils aîné (qui avait alors deux ans) l’a vu dans la cour et l’a tout de suite réclamé. 

« Oooooooh, qu’est-ce que c’est? À moi! »

Il s’est transformé en plusieurs choses : un cheval, quelque chose à monter, à admirer et à aimer. Ils l’ont utilisé pour jouer le cirque, comme lieu de pique-nique, et pour couvrir de couvertures afin de faire un fort. C’est toujours la première chose qui est sortie au printemps et la dernière à être rangée en hiver.

Au fil des ans, j’ai vu mes deux garçons essayer de grimper sur le tonneau glissant. Ils tombaient, et essayaient encore et encore jusqu’à ce qu’ils réussissent.

Lorsqu’ils avaient environ cinq ans, ils prenaient un départ en courant, sautaient et atterrissaient avec les deux pieds pour quelques secondes d’équilibre.

« Regardez ça! »

Ils ont défait le couvercle et l’ont rempli de boue (ce qui a changé son point d’équilibre!). Ils ont mangé leur déjeuner par-dessus. Ils se sont souvent entraînés à marcher dessus tout en se roulant dans la cour. 

Ce vieux baril ridicule a été le meilleur déclencheur de jeu. Il les a aidés à développer leur littératie physique et des compétences comme l’équilibre, la coordination et la conscience corporelle. Il leur a également appris la persévérance (version anglaise).

Ces aptitudes ont à leur tour aidé mes enfants à avoir confiance en eux, et cette confiance a créé une motivation naturelle pour expérimenter des compétences nouvelles et plus complexes.


Lire aussi : 9 moyens de déterminer si votre enfant possède une bonne littératie physique


Alors que cette obsession des enfants pour le baril m’a toujours paru, disons, curieusement drôle, pour eux c’est juste une autre façon de jouer. Elle renforce leur motivation inhérente à jouer juste pour le plaisir ou le défi de l’activité.

Se débrouillant seuls, ils prennent souvent d’autres objets dans la cour et les utilisent instinctivement pour jouer de manière active et créative. 

Placez une pile de bois dans la cour et ils transformeront cela en un parcours à obstacles à travers laquelle ils pourront ramper, se faufiler et courir. La table de pique-nique ne sert pas seulement à s’asseoir pendant le dîner, mais aussi à construire un fort, un château ou un endroit tranquille pour se détendre et savourer une glace.

En ajoutant des objets divers à votre environnement, que ce soit votre cour ou un terrain vert à proximité, vous réaliserez une collection de pièces détachées pour un jeu créatif et imaginatif.


RelateLire aussi : 10 façons de partir à l’aventure dans votre cour


Ce jeu libre non structuré réduira le stress, permettra de nouvelles découvertes et de nouvelles aptitudes physiques, et est essentiel au développement des enfants. Lorsqu’ils explorent, expérimentent et manipulent des objets, les enfants utilisent à la fois leurs facultés sensorielles et physiques, et bénéficient d’un feedback de tout leur corps.

Parviendrai-je un jour à réclamer mon baril?

J’en doute. Ils l’ont récemment aménagé comme un obstacle et ont intégré un arrosoir pour le rendre plus amusant et ajouter à la complexité du jeu.

« Maman, regarde ce qu’on peut faire maintenant! »

Photos avec l’autorisation de Christine Latreille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *