La motricité globale chez l’enfant

Selon la recherche, la motricité globale est un indicateur majeur de la maturité scolaire d’un enfant, puisqu’elle reflète essentiellement ses capacités cérébrales. Malgré cela, bon nombre de parents et d’éducateurs sous-estiment son importance.

Lorsque les nourrissons et les bambins bougent les bras, les jambes et d’autres parties du corps comprenant de grands groupes musculaires, ils développent leur motricité globale. Or, (version anglaise) une étude avance que lorsque les enfants apprennent à ramper, à marcher, à courir et à sauter, ils développent aussi leurs capacités cognitives.

Comment? Certains chercheurs croient que c’est parce que plusieurs des régions du cerveau impliquées dans le développement de la motricité le sont aussi dans celui des habiletés cognitives et de la perception. Ainsi, lorsque les nourrissons et les bambins commencent à faire travailler leurs grands muscles, ils développent également les réseaux neuronaux nécessaires à la cognition et à la perception.

Ce lien est confirmé par des études démontrant que les enfants d’âge préscolaire dont le développement de la motricité globale est faible connaissent des difficultés lorsqu’ils commencent l’école.

Aider son enfant à développer sa motricité

Parents et éducateurs peuvent aider les bébés à développer leur motricité globale en veillant dès que possible à ce qu’ils fassent tous les jours des activités appropriées à leur âge.

En leur faisant passer du temps sur le ventre, vous leur donnez une excellente base. Il existe bien des façons d’inciter un bébé à le faire.

Vous pouvez aussi consulter l’aide-mémoire sur la littératie physique chez les enfants de 0 à 2 ans pour avoir une courte description des habiletés motrices essentielles de cette tranche d’âge ainsi que des conseils pour les développer.


À lire aussi : 49 activités physiques plaisantes à faire avec des enfants de 2 à 4 ans


À mesure que vos enfants grandissent, vous pourrez aussi consulter nos conseils et idées d’activités pour les jeunes de 2 à 4 ans et de 4 à 6 ans.

L’activité physique est nécessaire durant la petite enfance, mais elle n’a pas besoin d’être compliquée. Après tout, les enfants naissent avec la faculté de se mouvoir, mais pas avec le savoir-faire. Pour développer les habiletés et les capacités de ces derniers, parents et éducateurs doivent leur proposer des occasions de bouger tous les jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *