Vivez le ski acrobatique olympique avec vos enfants

Aucun commentaire »
Vivez le ski acrobatique olympique avec vos enfants

Si vos enfants recherchent des épreuves amusantes à suivre, et de celles qu’un Canadien (homme ou femme) est susceptible de remporter, alors installez-vous devant le ski acrobatique.

L’équipe du Canada est probablement la meilleure du monde dans les bosses. Les deux meilleurs Canadiens – incluant Mikaël Kingsbury, photo ci-dessus (de la campagne canadienne du Comité olympique, Nous sommes l’hiver) – ont remporté pratiquement chaque épreuve de Coupe du monde de ces deux dernières années, et l’équipe féminine comprend un trio de sœurs de Québec qui pourraient fort bien monter sur les marches du podium.

Si vous n’êtes pas skieur, les « bosses » peuvent vous sembler sortir tout droit de la série Harry Potter, mais ce ne sont en fait que de gros toboggans sur une piste de ski qui occasionnent des obstacles et des sauts improvisés pour les skieurs acrobatiques. Les bosses sont formées par la neige qui est repoussée et compressée des centaines de fois lors des passages répétés de tous les skieurs parcourant la même trajectoire pendant plusieurs jours.

Voici comment le ski acrobatique a commencé

Les gens skient depuis la nuit des temps, mais le ski alpin n’est devenu un sport de compétition et de loisirs que dans les années 1920 lorsque les gens skiaient autour de portes aux Olympiques. Le ski de bosses a fait son entrée au Canada au début des années 1970 en tant que discipline compétitive et est petit à petit devenu populaire dans le monde au cours des années suivantes.

Le premier Canadien à avoir remporté une médaille olympique en bosses fut Jean-Luc Brassard en 1994. Jennifer Heil a raflé l’or en 2006 à Turin et Alexandre Bilodeau a remporté l’or aux Jeux d’hiver de 2010, à Vancouver en 2010, tandis que Heil remportait l’argent.

C’est amusant, n’est-ce pas?

  • Le terme mogul en anglais provient de l’allemand « mugl » qui signifie petite colline.
  • Il y a à peu près 2.5 millions de skieurs et de planchistes au Canada.

Voici comment suivre les épreuves de bosses

  • Les concurrents dévalent la piste aussi vite qu’ils le peuvent, en manœuvrant autour des bosses et en exécutant des figures dans les airs à partir de deux tremplins. Les courses les plus rapides avec les sauts les plus incroyables et les meilleures rotations gagnent!
  • 5 juges évaluent comment les bosses sont négociées ainsi que la qualité des sauts. Le score final d’un skieur est déterminé ainsi : 50 % pour les rotations, 25 % pour les sauts, 25 % pour la vitesse.
  • La compétition commence avec 30 athlètes. 20 skieurs vont en finale 1, 12 skieurs en finale 2 et 6 skieurs en finale 3.

Renseignez-vous sur les autres épreuves de ski acrobatique.

Voici les différentes épreuves de ski acrobatique aux Jeux olympiques d’hiver

Au saut acrobatique, les hommes et les femmes disputent des épreuves en :

  • Bosses
  • Sauts
  • Ski-cross [en snowboard aussi]
  • Halfpipe [en snowboard aussi]
  • Slopestyle [en snowboard aussi]

Il existe aussi 5 épreuves de ski alpin chez les hommes et chez les femmes :

  • Descente
  • Slalom
  • Slalom géant
  • Super-G
  • Super combiné

Visionnez une vidéo sympa

Philippe Marquis et Alexandre Bilodeau skient côte à côte lors du Championnat canadien en mars 2013.

Articles similaires

Que pensez-vous?