Parole d’experte : Comment inciter les enfants à bouger à la maison?

Depuis quelques semaines, les familles sont confinées, en plus de pratiquer la distanciation physique. Les parents doivent donc se faire éducateurs et enseignants, en plus de soutenir financièrement leur famille. Et ils le font de manière exemplaire. Or, cette nécessité d’occuper leurs enfants physiquement et mentalement, tout en s’acquittant de leurs autres tâches, peut être une source de stress.

Nous voulons donc leur révéler un secret de professionnels : nul besoin de cartes éclair ou de plans de leçon pour occuper votre enfant toute la journée par une activité positive et éducative. C’est en effet plus facile que vous le croyez d’inciter des enfants à consacrer plus de temps au jeu physique actif.

Selon l’experte de la petite enfance Dawne Clark, il suffit de créer un environnement riche qui y est propice.

À propos de l’experte

Dawne Clark, professeure émérite à l’Université Mount Royal de Calgary, contribue depuis plus de 35 ans à des recherches visant à améliorer l’éducation à la petite enfance. À l’heure actuelle, Mme Clark et son équipe de recherche s’intéressent à l’incidence des programmes de littératie physique sur les enfants de cinq ans et moins en garderie.

En apportant des changements simples et peu coûteux chez vous, vous pourrez encourager vos enfants à choisir des jeux actifs qui, en plus d’être bénéfiques, sont très amusants.

L’importance de la petite enfance

La clé d’une bonne santé, c’est d’apprendre à bouger avec confiance et plaisir durant la petite enfance. On en retirera les bienfaits physiques, intellectuels, psychologiques et émotionnels toute notre vie.

« Les jeunes enfants apprennent par le jeu actif, stimulant, amusant et physique, surtout s’il se fait en interaction », explique Mme Clark. « Par le jeu actif, les enfants se préparent à réussir à l’école, et ils apprennent à gérer leurs émotions et à interagir avec les autres. »

« La petite enfance, soit la période de la naissance à l’âge de cinq ans, détermine la trajectoire d’une vie. C’est donc le moment d’adopter de saines habitudes », explique Dawne Clark.

Voici des techniques simples auxquelles ont recours les éducateurs de la petite enfance, et qui pourront aider les parents occupés à encourager leurs jeunes enfants à s’adonner au jeu actif à la maison.

Pas besoin d’être professeur d’éducation physique pour inciter les enfants à bouger

Dans le cadre de ses études, Mme Clark a compris que bon nombre d’éducateurs de la petite enfance ne se sentaient pas naturellement outillés à encourager le jeu actif.

« Ils croient qu’ils n’ont pas les compétences et les connaissances nécessaires – comme beaucoup de parents – pour s’assurer que les enfants jouent en toute sécurité », précise-t-elle en souriant. « Voilà pourquoi notre travail consiste en grande partie à les aider à acquérir les connaissances qu’il leur faut. La première chose qu’ils apprennent, c’est qu’il n’est pas nécessaire d’être professeur d’éducation physique pour encourager les enfants à bouger. »

La clé : aménager un environnement qui incite au jeu actif tout au long de la journée. Et pas besoin d’équipement spécial : vous pouvez rassembler des articles que vous avez à la maison, comme des cartons de lait, et du matériel peu coûteux, comme du ruban-cache de peintre, pour faire germer des idées de jeux actifs.

Mme Clark insiste : les plans de leçon et les directives ne sont pas nécessaires. Un environnement bien aménagé, c’est un coup de pouce en faveur du jeu actif autonome.


À lire aussi : Apprendre à aimer bouger à la maison


La puissance d’un bon « coup de pouce »

Imaginez-vous, plus jeune, marchant vers l’école. Vous voyez une boîte de conserve vide sur le trottoir. La plupart des enfants ne pourront pas résister à la tentation de la botter comme un ballon de soccer. La boîte vide est alors ce que les psychologues appellent un « coup de pouce » ou nudge, soit un incitatif à agir d’une certaine manière.

En apportant des changements simples chez vous, vous pourrez ainsi inciter vos enfants à jouer plus. Par exemple, dans l’une des garderies ayant participé à l’étude de Mme Clark sur la littératie physique, les éducateurs avaient tracé un jeu de marelle avec du ruban dans un couloir. Résultat?

« Les enfants avaient le réflexe de sautiller chaque fois qu’ils traversaient le couloir pour aller à la salle de bain, développant leur équilibre tout en s’amusant », explique Mme Clark.

L’avantage de ces coups de pouce, c’est qu’il s’agit d’une invitation subtile qui respecte le libre choix de l’enfant. Encore mieux, il n’oblige pas le parent à donner des directives ou à acheter de l’équipement coûteux. Vous pouvez donc vous concentrer sur votre travail pendant que votre enfant s’adonne à un jeu actif.

« Les enfants aiment découvrir leurs limites et mettre leurs habiletés à l’essai en tentant de monter plus haut ou de courir plus vite, mais ils prendront rarement des risques auxquels ils ne sont pas préparés », précise Mme Clark.

« Cela ne signifie pas qu’un adulte ne doive pas les superviser ou vérifier régulièrement à quoi ils s’occupent. Mais une enfance saine et active suppose des chutes et des égratignures. Ces expériences apprennent aux enfants à prendre de bonnes décisions et à jouer plus prudemment. »

La clé, c’est de créer un environnement adapté aux habiletés et au goût du risque de votre enfant. S’il a 12 ans, vous pourriez le laisser construire un fort seul à l’extérieur avec des outils simples, mais s’il a cinq ans, vous devrez le surveiller et lui expliquer comment utiliser les outils de manière sécuritaire.

Cinq « coups de pouce » qui inciteront vos enfants à être actifs

  1. Utilisez du ruban-cache de peintre

Le ruban-cache de peintre se décline en plusieurs couleurs attrayantes, et il ne tache et ne marque pas les surfaces. Créez des couloirs (version anglaise) pour sauter, sautiller ou ramper; des labyrinthes; des jeux de marelle; des pierres de gué menant de la cuisine à la salle de bain et la chambre; ou des empreintes de main sur les murs, soit en hauteur pour que les enfants sautent, soit au niveau de leur poitrine, pour qu’ils se poussent contre le mur (exercice isométrique).

  1. Sortez des objets hétéroclites, à l’intérieur comme à l’extérieur

Pour créer un terrain de jeu aventureux à l’extérieur, sortez toute sorte d’objets de votre garage ou de votre remise : seaux et bêches de jardinage pour jouer dans la neige, tubes, roues, pneus, cordes, bois (planches et billots), tuyaux en PVC, balles de tennis pour fabriquer des parcours, ainsi que des outils de construction pour les enfants âgés, ou pour les plus jeunes avec la supervision d’un adulte.

Vous pouvez aussi créer un centre d’activité à l’intérieur. Avec des boîtes de carton, des blocs, des marqueurs et des ciseaux, vous pouvez construire une ville; avec des draps et des coussins, fabriquez un fort; avec des seaux et des chaussettes enroulées ou des balles molles, exercez-vous à faire rouler, à lancer ou à botter des balles; ou utilisez des casseroles, des récipients et de grosses cuillères comme instruments de musique.

  1. Dansez!

Faites jouer votre musique préférée et dansez. C’est une bonne activité pour tout le monde, en tout temps! C’est aussi une façon amusante d’apprendre à se tenir en équilibre, à bondir, à sauter et à améliorer son agilité.

  1. Incitez vos enfants à bouger à l’aide de photos et de vidéos

On peut développer ses habiletés partout, même en se rendant du salon à la salle de bain. Vous n’avez qu’à imprimer l’une de nos nombreuses activités pour les enfants, comme marcher comme un ours, cheval au galop ou marcher en crabe, à l’afficher dans le couloir à l’aide de ruban-cache pour peintre (qui ne marquera pas vos murs), et à demander à votre enfant d’imiter l’animal quand il se rend du salon à la cuisine.

Ou bien affichez des images de postures d’équilibre et joignez-vous à vos enfants pour une mini « pause yoga ». Vous pouvez également utiliser notre dé d’activités imprimable ou une illustration, comme celle des six jeux simples avec une paire de chaussettes.

  1. Jouez dehors

Il y a tant d’avantages à jouer dehors. En raison de la pandémie, certains terrains de jeu sont peut-être fermés, mais les autorités de la santé publique encouragent encore les gens à sortir dehors, pourvu qu’ils suivent les directives locales de distanciation sociale. Si cela est permis dans votre région, essayez de sortir deux fois par jour. Explorez votre quartier, en empruntant de nouvelles rues et de nouveaux sentiers, à la recherche de signes du printemps.

Dévalez les collines, escaladez les rochers et sautez par-dessus les flaques d’eau. N’oubliez pas d’expliquer à votre enfant la distanciation sociale : donnez-leur un exemple concret d’une distance de deux mètres (c’est la longueur d’un bâton de hockey, d’une pelle à neige ou d’un vélo). Enseignez-leur à dire « Salut! » en agitant la main quand ils voient leurs amis, pour garder le contact tout en conservant leurs distances.

Le jeu actif : bien plus que des bienfaits physiques

Nous traversons une période très singulière. Même les plus jeunes remarquent ce changement de routine. Ils ne vont plus à l’école ou à la garderie, et ils sentent la tension chez leurs parents, qui ne se rendent plus au travail. Le jeu actif nous aide tous à composer avec ces défis au quotidien.

« Faites une promenade chaque jour avec vos enfants, et vous mangerez et dormirez tous mieux », ajoute Mme Clark. « Dansez et valsez avec eux quand vous vous sentez anxieux. Vous verrez que cela vous apaisera. Tiraillez-vous, faites des roulades, gambadez. Donnez à vos enfants les coups de pouce les incitant à être actifs dans la cour comme dans la maison. Vous remarquerez qu’ils seront plus calmes et qu’ils auront moins de comportements problématiques. »

« Le jeu actif est important pour tout le monde. Il contribue à réduire le stress et l’anxiété. Qui sait, il pourrait même vous laisser un bon souvenir de l’époque où vous étiez tous confinés à la maison. »

Sages paroles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *