Les avantages de jouer dehors à l’école

Une collègue m’a dit que de faire une sortie chaque jour à l’extérieur avec ses élèves avait transformé sa vision de l’enseignement et de l’apprentissage. En plus des effets sur sa propre santé mentale, elle constatait de nombreux bienfaits chez les enfants.

Leur anxiété avait grandement diminué, leur humeur était plus stable, et leur concentration s’était améliorée. Est-ce aussi simple que ça? Grâce aux puissants bienfaits du jeu et de l’apprentissage en plein air, oui.

En tant qu’enseignante au programme de prématernelle 100 Voices de la commission des écoles catholiques d’Edmonton, je sais que notre travail n’est pas toujours facile. J’ai donc suivi le conseil de ma collègue et pris l’habitude de prévoir une période de jeu quotidienne à l’extérieur.

Ma perspective en a aussi été changée. Mes élèves peuvent courir, rire et explorer tout en renforçant leurs habiletés langagières et sociales. Ils développent aussi leur force musculaire et leur endurance.

À propos de notre rédactrice invitée, Jacqueline Koval

Jacqueline Koval est enseignante au programme de prématernelle 100 Voices de la commission des écoles catholiques d’Edmonton. Ses élèves de trois à cinq ans passent chaque jour des heures à l’extérieur à explorer avec elle les merveilles de la vallée de la rivière à Edmonton.

Activités en plein air à la prématernelle

Au sein de notre commission scolaire, les programmes de littératie physique et d’activités en plein air sont une priorité à la prématernelle. La littératie physique englobe le bien-être physique, cognitif, social et émotionnel.

À l’école Genesis, le cadre est particulier puisque nous profitons d’espaces alternatifs dans le cadre d’un partenariat avec la Ville d’Edmonton. Situés au cœur de la vallée de la rivière, ils constituent un terrain de jeu naturel propice à l’apprentissage authentique.

Au début de l’année scolaire, mes élèves passaient une heure dehors chaque jour. Cette période est ensuite passée à une heure et demie, puis à deux heures. Depuis récemment, nous passons les trois heures que dure le programme dehors. Nous flânons habituellement jusqu’à notre salle de classe extérieure, nous arrêtant pour observer les bourgeons et les nouvelles feuilles, nous tenir en équilibre sur des arbres tombés, monter et dévaler des collines et grimper aux arbres.



Une fois arrivés dans notre classe extérieure, nous nous prêtons à divers jeux libres, les plus populaires étant la cachette et la tague. Nous mangeons une collation, chantons des chansons, lisons des livres et dessinons (habituellement des éléments de notre environnement, comme des pics-bois ou des feuilles). À l’extérieur, les apprentissages prennent vie.

Les parents remarquent que depuis qu’ils passent autant de temps dehors, leurs enfants sont plus conscients de leur environnement. Par exemple, ils sont plus susceptibles d’identifier les zones où la neige a fondu, ou de reconnaître le chant d’une mésange. Les parents ont aussi observé que le plein air calmait leurs enfants et les rendait heureux.

« Ils se salissent et essaient de nouvelles choses, comme grimper aux arbres, se tenir en équilibre sur des roches, sauter dans des mares, faire des bulles et rouler à bicyclette. »

-Un parent explique les bénéfices

Un changement de valeurs

Pour enseigner en plein air, il faut faire preuve d’ouverture d’esprit. Mais une autre collègue, qui a plus de 20 ans d’expérience, m’a dit qu’elle n’a jamais regretté de faire ce grand saut.

« Rien n’égale la sensation du soleil sur mon visage, même à -20 °C », précise-t-elle, en ajoutant qu’elle se sent plus calme. Elle explique que la découverte d’un arbre tombé présente une excellente occasion d’apprentissage : les enfants s’y tiennent en équilibre, l’escaladent, et restent parfois pris, ce qui leur permet de s’exercer à résoudre un problème. Ma collègue estime donc que les programmes en plein air favorisent le développement complet de l’enfant.

Alors, qu’attendons-nous pour mettre le nez dehors?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *