Sport jeunesse : le modèle norvégien

Sport jeunesse : le modèle norvégien

De prime abord, l’idée n’a rien de révolutionnaire : aider les enfants à faire du sport et à y prendre goût.

Mais, comme l’explique (version anglaise) une récente lettre d’opinion publiée dans le New York Times, l’approche norvégienne diffère parce qu’elle est véritablement centrée sur les enfants et leurs priorités. Dans cet article, Tom Farrey expose en quoi la Norvège accorde la priorité à la participation et au plaisir des enfants.

« Selon nous, la motivation des enfants a bien plus d’importance que celle des parents ou des entraîneurs », y explique Inge Andersen, ancien secrétaire général de la Fédération des sports de Norvège et de ses comités olympique et paralympique.

Et cette approche porte ses fruits : la Norvège a remporté 39 médailles aux Olympiques l’an dernier, un record historique, tout pays confondu, aux Jeux d’hiver.


À lire aussi : Le développement des habiletés motrices en bas âge est essentiel au bien-être


Le pays s’est aussi doté d’un document, intitulé Droits des enfants dans le sport, qui accorde aux enfants l’autonomie de décider les sports qu’ils pratiquent et l’intensité de leur entraînement.

La série de HBO Real Sports with Bryant Gumbel s’est récemment intéressée aux programmes de ski pour les jeunes Norvégiens. L’inscription y est abordable, et bien que les enfants fassent des courses, ils ne sont pas classés avant l’âge de 12 ans.

On rencontre un modèle similaire à plus petite échelle au Canada : le programme de développement à long terme du joueur de l’association ontarienne de soccer, qui mise sur le plaisir de jouer. Pourquoi? Parce qu’un enfant qui s’amuse en jouant au soccer voudra le pratiquer toute sa vie.

Voici des ressources pour aider vos enfants à prendre plaisir à faire du sport.

  1. Si vous élevez un enfant athlète, pensez à long terme
  2. Développement ou dépistage des talents? Donnons une chance aux enfants
  3. Les attentes des parents au hockey : comment savoir si son enfant s’amuse et se développe?
  4. Mon enfant est-il prêt pour le sport organisé?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.