Sport et santé mentale chez l’enfant

Sport et santé mentale chez l’enfant

En tant que mère de trois enfants qui ont pratiqué au fil des ans de nombreux sports (hockey, football, basketball, danse, baseball, rugby, course à pied, natation et j’en passe), je les ai vus vivre toutes sortes d’émotions sur le terrain comme en dehors. 

Ils ont été heureux, épuisés, exaltés, fâchés, découragés, fiers, embarrassés et excités. Des sentiments tout à fait normaux quand on pratique un sport. Les bienfaits de l’activité physique sur l’humeur sont d’ailleurs nombreux. Des études ont démontré qu’elle atténue le stress, améliore la mémoire, favorise le sommeil et contribue au sentiment général de bien-être. 

Cependant, il arrive que des athlètes souffrent de problèmes de santé mentale. Récemment, des athlètes professionnels comme Carey PriceNaomi Osaka et DeMar DeRozan ont parlé publiquement de leurs difficultés et de leur cheminement. 

Comme parents, nous ne devons pas oublier que les problèmes de santé mentale ne touchent pas que les athlètes professionnels; beaucoup d’enfants en éprouvent dans leur sport. 

Voici quelques signes d’éventuels problèmes de santé mentale chez l’enfant.

Causes possibles de problèmes de santé mentale chez l’enfant pratiquant un sport

La pression de la victoire

L’enfant ressent parfois une pression importante, celle de gagner ou d’être performant. Cette pression, il peut se la mettre lui-même, ou elle peut naître de l’impression que son entraîneur ou ses parents seront déçus s’il ne gagne pas. L’enfant peut aussi éprouver énormément d’anxiété avant un match ou être extrêmement déçu en cas de défaite. 

Les blessures 

Un enfant souffrant d’une blessure peut ressentir de la détresse à l’idée de ne plus pouvoir pratiquer son sport. Ou il peut craindre que sa blessure cause des problèmes plus graves, et même avoir peur de retourner au jeu, inquiet de la possibilité de se blesser à nouveau ou de ne plus être à la hauteur. 

Le temps consacré au sport 

Il arrive que l’enfant peine à concilier son horaire scolaire et sa vie sociale avec un horaire d’entraînement intense. À la préadolescence surtout, la simple idée de consacrer quatre ou cinq soirs par semaine au sport alors que ses amis s’amusent ensemble peut lui causer de la tristesse et un sentiment de manque.

Le plaisir

Il vient souvent un temps où l’enfant n’a simplement plus de plaisir à pratiquer son sport. Il peut alors ressentir la pression de devoir continuer à s’y adonner, ou qu’il décevra ses parents ou son entraîneur s’il l’abandonne complètement. 

Symptômes et signes à observer

Il arrive que les bienfaits de l’activité physique sur la santé mentale se transforment en problèmes… 

Troubles du sommeil

Un enfant aux prises avec un problème de santé mentale peut avoir de la difficulté à s’endormir et à rester endormi ou dormir plus ou moins que d’habitude. 

Changements dans l’humeur ou le comportement 

Souvent, l’enfant en détresse sera très triste ou irritable. Il peut aussi avoir des crises de larmes inexpliquées ou des épisodes de mauvaise humeur ou d’emportement. 

Changements aux habitudes alimentaires

L’enfant déprimé ou anxieux va souvent manger plus pour se réconforter ou moins parce qu’il n’en a pas envie. 

Maux de tête ou d’estomac

La tristesse et l’anxiété sont très souvent la cause de maux de tête ou d’estomac. 

Comment aider 

Voir souffrir son enfant, ce n’est pas facile! Comme parents, nous voulons tout faire pour aider notre enfant à surmonter sa détresse. Mais pour y arriver, il faut avoir les bons outils.  

Discuter pour comprendre le problème

Parfois, l’enfant est incapable de mettre le doigt sur la cause de son état. Ou alors il sait quel est le problème, mais n’ose pas en parler. Votre enfant doit avoir la possibilité d’exprimer ses sentiments.  

Il est crucial qu’il parle de ses problèmes à quelqu’un qui l’écoutera et avec qui il est à l’aise, que ce soit vous, son entraîneur, un enseignant ou n’importe qui d’autre. Par une discussion ouverte et sans jugement, votre enfant orientera la conversation vers une solution à ses problèmes. 

Lui demander d’écrire ou de dessiner

Pour certains enfants, l’expression des sentiments passe par l’écriture ou le dessin. Ils réfléchissent alors à la raison pour laquelle ils écrivent sur leur état ou le dessinent

Rassurer

Il est primordial que l’enfant sache qu’il est tout à fait normal de ressentir de vives émotions et qu’il existe des façons de bien les gérer. Donnez-lui des exemples d’athlètes, comme DeMar DeRozan, qui ont vécu des difficultés sur le plan émotionnel et qui sont revenus au jeu aussi forts, voire plus forts que jamais.  

Pour rassurer votre enfant, vous pouvez lui dire qu’il n’y a pas de mal à aller mal, et qu’il n’est pas le seul à avoir les mêmes problèmes. Il ne se sentira pas nécessairement mieux sur le coup, mais il saura qu’il n’est pas seul dans son malheur. Et dites-lui que vous l’aimez, encore et encore.

Analyser son emploi du temps

Si votre enfant trouve qu’il consacre trop de temps à son sport, creusez le sujet. 

Demandez-lui s’il aime toujours son sport. Parlez des options : aimerait-il consacrer y moins de temps? Aimerait-il prendre une pause et s’y remettre plus tard si l’envie lui reprend?

Parler des blessures

Si votre enfant s’est blessé et a peur de subir d’autres blessures, discutez avec lui et son entraîneur des moyens de les prévenir. Donnez-lui des exemples d’athlètes qui ont repris la pratique de leur sport après une blessure.  

Discuter des attentes

Expliquez à votre enfant que vous ne vous attendez pas à ce qu’il soit l’athlète parfait ou gagne toujours. Quand il comprendra que le but de son sport est le plaisir et le développement de ses habiletés, il ressentira moins de stress.   

Demander l’aide d’un professionnel

Si l’irritabilité ou le mal-être de votre enfant persiste, communiquez avec son pédiatre. Celui-ci pourra vous diriger vers d’autres spécialistes en mesure de l’aider. 

Points à retenir

Ne vous blâmez pas pour les sentiments de votre enfant; ils peuvent avoir de nombreuses causes. Je ne suis pas une experte en santé mentale, mais en tant que mère, je sais que notre présence et notre ouverture d’esprit sont les plus beaux cadeaux qu’on puisse faire à notre enfant. Ça lui donne la certitude que nous l’aimons pour ce qu’il est, et non pas pour ce qu’il fait. 

Ressources

Portail d’apprentissage en santé mentale de SickKids

eSantéMentale.ca – Trouvez des services, de l’aide et du soutien en santé mentale dans votre ville ou région.

Offord Centre for Child Studies – Accédez à des renseignements pertinents sur les problèmes de santé mentale ainsi qu’à des liens vers d’autres ressources pour les enfants.


Pour en savoir plus sur la santé mentale :

Comment la marche a changé ma vie

L’approche multisports : élever des enfants athlètes heureux et en santé

9 façons simples d’aider votre enfant à devenir plus résilient

La pression du sport peut-elle détruire le plaisir du jeu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.