9 façons simples d’aider votre enfant à devenir plus résilient

9 façons simples d’aider votre enfant à devenir plus résilient

Votre enfant refuse d’essayer de nouvelles choses? C’est plus commun que vous ne le pensez! Beaucoup d’enfants ont peur de faire des activités avec lesquelles ils ne sont pas familiers.

Que pouvez-vous faire pour aider votre enfant à acquérir l’assurance nécessaire pour accueillir la nouveauté? Pour persévérer même s’il échoue? Autrement dit, comment votre enfant peut-il devenir plus résilient?

Voici 9 conseils pour aider vos enfants à s’ouvrir aux nouvelles expériences, à développer de nouvelles habiletés et à vaincre leur peur.

1. Félicitez votre enfant pour ses efforts

L’une des principales raisons pour lesquelles les enfants refusent d’essayer de nouvelles choses est la peur de l’échec. Il est possible que votre enfant abandonne tout simplement plutôt que de faire face au risque de se sentir honteux.

À propos de l’autrice Alexandra Eidens

Alexandra Eidens est la fondatrice de Big Life Journal, une ressource qui aide les enfants à développer leur résilience et à affronter les difficultés de la vie avec confiance.

C’est particulièrement vrai quand les parents accordent de l’importance seulement aux résultats. Les enfants qui grandissent en pensant que la réussite est tout ce qui compte ont naturellement peur de l’échec.

En tant que parents, nous pouvons renverser la vapeur. Félicitez votre enfant pour ses efforts et sa persévérance, peu importe le résultat final. Dites-lui des choses comme « tu as travaillé très fort pour apprendre à frapper la balle » ou « tu as tenu bon, tu n’as pas lâché, je suis fier de toi ».

On ne peut pas toujours contrôler l’issue, mais on peut choisir la quantité d’efforts que l’on déploie.

2. Invitez-le à tenir un journal d’aventures

Les enfants qui tiennent un journal (en anglais) apprennent à mieux écrire et communiquer, en plus d’en retirer des bienfaits en matière de santé mentale.

Dans le cas des enfants peu enclins à prendre des risques, la tenue d’un journal est encore plus profitable. Les pages d’un journal sont un espace sûr où les enfants peuvent exprimer leurs inquiétudes. De plus, en se relisant après coup, ils sont à même de constater tout le chemin parcouru.

Encouragez votre enfant à démarrer un journal d’aventures où il consignera ses nouvelles expériences (en anglais). Il peut, par exemple, parler d’une randonnée en famille ou de comment il a appris à faire du vélo, dessiner les arbres qu’il a grimpés ou encore écrire le nom de ses nouveaux amis rencontrés au camp de vacances ou dans le cadre d’activités sportives. Toute nouveauté peut être une aventure!

3. Manifestez de l’empathie

Il peut être frustrant que votre enfant refuse de participer à de nouvelles activités, surtout quand vous réalisez que cela le prive de plaisir.

Si la résistance de votre enfant à la nouveauté vous contrarie, arrêtez-vous un moment et prenez quelques bonnes respirations. Repensez aux occasions où vous avez ressenti de la nervosité avant d’essayer quelque chose que vous n’aviez jamais fait. Utilisez ces expériences pour vous rapprocher de votre enfant et lui manifester de l’empathie.

L’empathie nous oblige à voir une situation à travers les yeux de notre enfant. Rappelez-vous à quel point il peut être effrayant pour un enfant de s’élancer dans une grande glissoire, de sauter d’un tremplin ou de faire du vélo pour la première fois. Vous pourriez lui dire : « C’est normal d’avoir peur la première fois que tu essaies quelque chose de nouveau. Moi aussi, à ton âge, je me sentais comme ça. »


À lire aussi : Comment apprendre à votre enfant à faire du vélo


4. Ne le forcez pas

Il y a une différence parfois difficile à distinguer entre aider votre enfant à persévérer et le pousser trop fort.

Les activités qui vous passionnent ne suscitent peut-être pas le même enthousiasme chez votre enfant; soyez-en conscient. Questionnez-vous à savoir ce qui lui plaît naturellement. S’il n’aime pas le sport, le fait de le pousser à joindre une équipe de soccer risque de se retourner contre vous.

Veillez à inclure votre enfant dans ces décisions importantes. Ensemble, dressez une liste de choses qu’il aimerait apprendre ou à propos desquelles il voudrait s’améliorer. Encouragez-le à en choisir une ou deux dans lesquelles il s’investira et félicitez-le régulièrement pour ses efforts.

5. Favorisez la créativité

Si certains semblent avoir plus d’imagination que d’autres, tous les enfants peuvent développer leur créativité.

Il existe plusieurs façons de stimuler la créativité dans la vie de votre enfant. En voici quelques-unes :

  • Inventer des règles loufoques pour un jeu amusant
  • Cuisiner ensemble
  • Recueillir des choses dans la nature pour réaliser un collage
  • Prendre le temps d’écrire dans un journal

Lorsqu’il est en train de créer, votre enfant se concentre sur le processus, non pas sur le résultat. Laissez-le profiter du moment et faites pareil!


À lire aussi : Votre enfant veut-il abandonner? Cultivez un état d’esprit ouvert à l’effort


6. Laissez votre enfant avoir son mot à dire

Tous les parents veulent élever des enfants confiants. Pour développer cette confiance, les enfants doivent être libres d’explorer leurs propres idées.

Dès son jeune âge, permettez à votre enfant de faire des choix (« Aimerais-tu porter les pantalons verts ou les bleus? »). Laissez-le choisir quelles activités il veut faire dans la journée ou quels livres il a envie que vous lui lisiez avant qu’il s’endorme.

Lorsqu’il y a un problème, demandez à votre enfant de réfléchir avec vous à une solution. Montrez-lui que son opinion compte au sein de la famille.

« Les enfants ont un cerveau et ils ont une idée de comment ils veulent que leur vie se déroule. Les parents devraient commencer par là et soutenir cette démarche, au lieu de penser que nous sommes censés façonner nos enfants d’une certaine manière. »

– William Stixrud, neuropsychologue clinique,

auteur de The Self-Driven Child

7. Apprenez à votre enfant l’importance des erreurs

L’échec peut être difficile à vivre. Il est toutefois essentiel au processus d’apprentissage. Des études révèlent qu’en réalité, les erreurs font croître notre cerveau.

Prêchez par l’exemple en acceptant vos propres erreurs. Racontez à votre enfant cette fois où vous avez frappé dans le vide au baseball ou celle où vous avez marqué dans le mauvais but au soccer et dites-lui ce que vous en avez appris.

Expliquez à votre enfant que le cerveau est comme un muscle : plus il surmonte des défis, plus il devient fort. Évitez d’aller à leur rescousse (en anglais) au moindre obstacle, sinon vous les priverez d’une occasion d’apprendre.

Si votre enfant perçoit ses erreurs et ses difficultés comme des signes positifs de croissance et d’apprentissage, il sera plus enclin à essayer de nouvelles choses.

8. N’oubliez pas les pauses

L’apprentissage de nouvelles habiletés peut occasionner beaucoup de frustrations pour votre enfant. Veillez à intégrer suffisamment de temps de pause.

Les pauses cérébrales permettent de réduire le stress et de changer le point de focalisation, ce qui est nécessaire. Ces pauses peuvent être actives (pompes au mur, jeu de soccer avec une paire de chaussettes ou sauts avec écart) ou relaxantes (cinq respirations profondes). Encouragez votre enfant à prendre une pause avant que la fatigue ou la frustration s’installent.

Pensez aussi à offrir une récompense pour le temps de pause. Par exemple, votre enfant peut recevoir un autocollant s’il lit pendant un certain nombre de minutes ou termine une tâche précise.

« Au lieu de sauter à pieds joints dans une situation difficile pour lui, l’enfant l’aborde petit à petit, en gagnant en contrôle à chaque pas. Un succès en entraîne un autre. »

– Donna B. Pincus, dans Psychology Today

9. Valorisez la pratique

Si votre enfant a peur d’une nouvelle situation ou activité, faites une répétition à la maison pour l’aider à se préparer. Dans un environnement familier, il pourra s’exercer et gagner en confiance.

Faites des jeux de rôles avec votre enfant pour divers scénarios (rencontre d’un nouvel enseignant, premier jour au camp ou intégration d’un groupe de personnes à l’heure du midi). Vous pouvez également jouer le rôle de votre enfant afin de démontrer ces habiletés.

Rappelez-lui qu’être courageux ne signifie pas qu’on est sans peur. La bravoure, c’est accepter les émotions inconfortables (dont la peur) et persévérer quand même pour apprendre quelque chose de nouveau.

Expliquez à votre enfant les étapes que vous faites quand vous commencez quelque chose de nouveau. Dites-lui que le fait de répéter un discours ou une conversation difficile vous aide à vous préparer à affronter la réalité avec aise.

Le courage, ça s’exerce!

Bien des enfants ont tendance à éviter les situations qui leur sont inconnues. Mais avec ces neuf stratégies simples, votre enfant sera prêt à entreprendre de nouvelles activités et à relever de nouveaux défis. Mettez l’accent sur l’effort et la persévérance et félicitez-le pour son courage!

One response to “9 façons simples d’aider votre enfant à devenir plus résilient

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.